Union de la gauche : une réunion pour sauver les apparences ?

·1 min de lecture

La réunion à Paris du ban et de l'arrière-ban de la gauche ce samedi 17 avril en vue d'une hypothétique union pour l'élection présidentielle a tout du jeu de dupes, tant ses participants entretiennent d'arrière-pensées en s'y présentant.

Retenez-les ou ils font un malheur. Ce samedi 17 avril, à Paris, le ban et l'arrière-ban de la gauche se réunissent à l'initiative de l'écologiste Yannick Jadot pour parler d'une éventuelle union en vue de l'élection présidentielle. Ce Yalta a toutefois peu de chances de déboucher sur un " Yalla ! ", tant ses participants entretiennent d'arrière-pensées en s'y présentant. Si bien que le suspens entourant cette réunion d'opérette semble surtout tenir à l'identité du responsable de son échec, qui devrait alors endosser le costume de diviseur de la gauche.Rappelons le casting de la petite comédie : les socialistes Olivier Faure et Anne Hidalgo, l'insoumis Éric Coquerel - représentant de Jean-Luc Mélenchon -, les communistes Ian Brossat et Pierre Lacaze pour le compte de Fabien Roussel, Génération.s - la chapelle hamoniste -, le parti radical de gauche, Cap 21, l'ex député LREM Matthieu Orphelin, sans oublier l'indispensable Place publique de l'eurodéputé Raphaël Glucksmann. Ne manquent à l'appel qu'Arnaud Montebourg, Delphine Batho et Christiane Taubira.À LIRE AUSSI : À un an de la présidentielle, la déroute annoncée de la gaucheVoilà pour les acteurs. Sur le fond, malgré des convergences réelles sur la politique économique et la...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Errements de l'Union européenne : le ver était dans le fruit dès le départ

Comment un Ottoman a mis à genoux l'Union européenne

Cengiz Aktar, politologue : "En se rendant à Ankara, l’Union européenne s'est humiliée"

Camouflet pour l'Union européenne : Ursula von der Leyen perd aux chaises musicales à Ankara

Union de la gauche dans les Hauts-de-France : et après, et ailleurs ?