Union européenne : comment résister à tentation du chacun pour soi

© AFP

Le 12 février dernier, Mireille Delmas-Marty au(x) vent(s) mauvais est venue nous dire qu'elle s'en allait. Son dernier essai Aux quatre vents du monde : petit guide de navigation sur l'océan de la mondialisation (Editions Seuil) évoquait ces défis, ces menaces, ces risques auxquels est confronté le genre humain. L'invasion russe de l'Ukraine intervenue depuis ne fait qu'exacerber cette peur inhérente à l'humanité selon Mireille Delmas-Marty. Cette peur peut déboucher soit sur un repli sur soi soit sur une solidarité accrue.

Cette alternative interpelle l'UE présidée par la France jusqu'à la fin du mois encore. La tentation du chacun pour soi est forte comme le montrent les réticences pour ne pas dire les résistances de certains Etats membres, notamment la Hongrie à l'égard des sanctions européennes contre la Russie. Le sevrage à l'égard des énergies fossiles russes pourrait être une occasion de recourir aux « forces imaginantes » du droit chères à Mireille Delmas-Marty (Mireille Delmas-Marty, Les forces imaginantes du droit, Seuil).

Une obligation de coopération loyale

À cet égard, l'obligation de coopération loyale dans sa dimension horizontale recèle des potentialités intéressantes. Pour mémoire, en vertu de ce principe, les Etats membres doivent s'épauler mutuellement dans la réalisation des buts de l'UE. Cette loyauté s'avère d'autant plus essentielle pour ne pas dire existentielle dans un contexte de dissensions entre Etats membres à propos des énergies renouvelables. C...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles