Union européenne: un règlement contre la pédocriminalité divise les Vingt-Sept

Un règlement européen destiné à lutter contre la diffusion d'images et vidéos à caractère pédocriminel est bloqué par une partie des pays de l'Union européenne, qui redoutent une surveillance généralisée des communications privées. Ce sujet a été retiré de l’agenda d’une réunion des ambassadeurs des Vingt-Sept ce jeudi 20 juin, faute de consensus. De leur côté, les PDG de Signal et du groupe Meta WhatsApp critiquent vertement cette proposition.

Les discussions sur le controversé règlement sur la protection de l’enfance prévues ce jeudi 20 juin sont reportées, la présidence belge du Conseil de l’Union européenne étant arrivée à la conclusion que la majorité qualifiée requise pour ce texte ne serait pas atteinte. Toutefois, les consultations continuent entre les États membres, apprend RFI ce jeudi.

Présentée en mai 2022 par la Commission européenne, la proposition de règlement vise à contrer la prolifération d'images et vidéos d'abus sexuels sur des enfants, et la sollicitation d'enfants par des pédocriminels, en obligeant les plateformes et services de messagerie en ligne à détecter puis signaler de tels contenus.

« Analyser les messages des personnes comme le propose l’UE brise le cryptage. C’est de la surveillance et c’est un chemin dangereux à emprunter », avertit le PDG de Meta et WhatsApp, Will Cathcart, sur X.

Un post dans le sillage de celui de la PDG de la messagerie Signal, Meredith Whittaker, qui considère que « briser le chiffrement de bout en bout […] est une proposition désastreuse ».

Une atteinte « disproportionnée » au respect de la vie privée


Lire la suite sur RFI