Union européenne : faut-il accueillir 50 millions d'immigrés pour maintenir la population active ?

© JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP

La réforme des retraites  va-t-elle remettre notre système à flot comme le laisse entendre le gouvernement ? En proposant de reculer l'âge légal de départ de 62 à 64 ans, la Première ministre Élisabeth Borne prend en compte l'allongement de la durée de vie des Français mais oublie un point : la faible natalité. Comment combler ce déficit démographique à venir ? Comme l'avait dit Jean-Paul Delevoye, "faut-il faire venir 50 millions d'immigrés pour compenser en 2050", s'est interrogé Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, invité d'Europe Matin ce mardi.

Une migration de "remplacement" comme solution

L'ancien Haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye avait évoqué ce chiffre lors d’un déplacement à Créteil en 2019. "Je suis très frappé par la réaction des peuples européens, puisque la démographie européenne et son vieillissement font que si on veut garder le même nombre d’actifs dans la machine économique (…), il faudra 50 millions de populations entre guillemets étrangère pour équilibrer la population active en 2050, en Europe", avait-il déclaré.

Un document datant de 2000

Est-ce vrai ? Est-ce faux ? Sur quel document se basait-il ? Jean-Paul Delevoye aurait dégoté ce chiffre dans un rapport de l'ONU datant de 2000, intitulé "Les migrations de remplacement : s’agit-il d’une solution au déclin et au vieillissement des populations?". Dans cette étude, six scénarios sont envisagés de 2000 à 2050 en se basant sur huit pays et zones géo...


Lire la suite sur Europe1