Union européenne : violente controverse sur le plan de relance polonais

Ursula von der Leyen est en visite à Varsovie ce jeudi 2 juin.
Ursula von der Leyen est en visite à Varsovie ce jeudi 2 juin.

La présidente von der Leyen devrait être chaleureusement accueillie à Varsovie, jeudi 2 juin. Dans ses bagages, l'Allemande apporte une bonne nouvelle au Premier ministre Mateusz Morawiecki : l'avis positif du plan de relance polonais donné, la veille, par la Commission européenne. Ce sont, à terme, 23,9 milliards d'euros de subventions et 11,5 milliards d'euros de prêts qui tomberont dans l'escarcelle des Polonais à condition que le Conseil, désormais saisi, valide la position de la Commission. Autrement dit, le régime des ultraconservateurs du PiS encaisse pour l'instant une victoire symbolique, mais pas encore les fonds européens.

La décision du collège des commissaires a créé aussitôt la polémique. D'abord, en interne. Les deux vice-présidents, le Néerlandais Frans Timmermans (travailliste), et la Danoise Margrethe Vestager (libérale) ont demandé que la décision soit soumise à un vote. Ce qui est rare, le collège n'ayant procédé à un vote qu'à trois reprises depuis 2019. Les deux ont voté « non », mais ils se sont retrouvés isolés. Aucun des commissaires socialistes ou libéraux ne les a suivis dans ce qui apparaît comme une fronde dirigée contre Ursula von der Leyen. Thierry Breton a pris la parole pour exprimer son soutien à l'avis positif en exprimant, comme il se doit, les réserves nécessaires de manière à ce que la Pologne se conforme effectivement à l'État de droit. Le commissaire Reynders, retenu aux États-Unis, avait adressé une lettre au collège [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles