UNEF: Frédérique Vidal demande au syndicat une clarification de "ses positions et valeurs"

Jeanne Bulant avec AFP
·1 min de lecture
La ministre de l'Enseignement Supérieur Frédérique Vidal, le 23 février 2021 à Poitiers (Vienne) - GUILLAUME SOUVANT / AFP
La ministre de l'Enseignement Supérieur Frédérique Vidal, le 23 février 2021 à Poitiers (Vienne) - GUILLAUME SOUVANT / AFP

La ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal a jugé mercredi "inacceptables" les réunions non mixtes racisées organisées par l'UNEF et demandé au syndicat étudiant de "clarifier ses positions et ses valeurs"

Le syndicat de gauche est englué dans une polémique liée à l'organisation ponctuelle de ces réunions, qui divisent au sein de la classe politique.

Des réunions qualifiées d'"inacceptables"

Ces "réunions sont inacceptables et je les condamne", a affirmé Mme Vidal lors des questions au gouvernement au Sénat. Elles "trahissent", selon elle, "les valeurs fondamentales de notre République", valeurs longtemps défendues par "l'UNEF elle-même, comme l'universalisme".

Regrettant qu'"une partie de l'UNEF semble s'en éloigner", elle a jugé que ces réunions sont "contraires à l'objectif même qu'elles prétendent défendre comme la lutte contre le racisme et l'antisémitisme".

"Ce sont les étudiants qui jugent de cela"

Alors que plusieurs élus de droite et d'extrême droite ont demandé la dissolution de l'organisation étudiante, la ministre a jugé "facile d'en appeler à la loi". Mais "le terrain sur lequel nous devons nous placer est celui des valeurs". "Nous devons demander à l'UNEF de clarifier ses positions et ses valeurs", a-t-elle ajouté.

"Ce sont les étudiants qui jugent de cela et ils le feront notamment dans les urnes", a poursuivi Frédérique Vidal.

En 2016, l'UNEF avait perdu sa place de premier syndicat étudiant au profit de la Fage.

Article original publié sur BFMTV.com