Une Irlande réunie serait mécaniquement membre de l'UE

Les dirigeants européens qui se réunissent samedi à Bruxelles pour fixer les orientations pour leurs négociations sur le Brexit prendront l'engagement ferme d'intégrer la province britannique d'Irlande du Nord si un référendum consacre son rattachement à la république d'Irlande. /Photo prise le 23 février 2017/REUTERS/Francois Lenoir

BRUXELLES (Reuters) - Les dirigeants européens qui se réunissent samedi à Bruxelles pour fixer les orientations pour leurs négociations sur le Brexit prendront l'engagement ferme d'intégrer la province britannique d'Irlande du Nord si un référendum consacre son rattachement à la république d'Irlande, a-t-on appris vendredi de source diplomatique.

Cette initiative émane du Premier ministre irlandais Enda Kenny, qui a demandé à ses partenaires européens des Vingt-Sept de préciser que l'Irlande du Nord, comme ce fut le cas pour l'ex-Allemagne de l'Est en 1990, serait automatiquement admise dans l'UE dans l'éventualité de son unification avec la république d'Irlande.

L'accord de paix du Vendredi-Saint d'avril 1998 prévoit la possibilité d'un référendum d'unification, de part et d'autre de la frontière, à condition que Londres et Dublin estiment que l'opinion soutient une telle évolution.

D'après des diplomates, un paragraphe du projet de déclaration que les Vingt-Sept adopteront samedi proclame que "le Conseil européen reconnaît qu'en accord avec le droit international le territoire intégral d'une telle Irlande unie ferait partie de l'Union européenne".

Une source européenne a cependant souligné qu'il s'agissait là de "rappeler une évidence" et pas du tout de prendre parti pour une unification des deux Irlandes.

"L'unité irlandaise n'entre pas dans les négociations du Brexit mais compte tenu de l'importance de l'accord du Vendredi-Saint, il convient que cela soit reconnu par le Conseil européen", a confirmé un haut représentant irlandais à Bruxelles. "Il ne s'agit pas de lancer un processus mais il est important qu'il y ait une claire reconnaissance de cela."

Depuis la victoire des "Brexiters" au référendum de juin dernier au Royaume-Uni, des appels à un référendum sur le destin de l'Irlande du Nord se sont intensifiés, comme en Ecosse. Dans ces deux nations constitutives du Royaume-Uni, les électeurs ont majoritairement voté pour le maintien dans l'UE.

Enda Kenny a toutefois répété à plusieurs reprises que le moment n'était pas venu d'organiser une consultation sur une unification de l'Irlande et de l'Irlande du Nord.

(Alastair Macdonald avec Padraic Halpin à Dublin; Henri-Pierre André pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages