Une femme battue sauvée par un pharmacien grâce à un code

·2 min de lecture
Une femme battue a été sauvée par un pharmacien grâce à un code - Getty Images

Vendredi 5 novembre, une femme de 53 ans s’est réfugiée dans l’officine d’un pharmacien montpelliérain. Grâce à un code, le commerçant a pu la protéger avant d'appeler la police. Son agresseur a été placé en garde à vue.

Drame évité à Montpellier, dans l’Hérault. Vendredi 5 novembre, une femme de 53 ans s’est en effet réfugiée dans une pharmacie après avoir l’objet de violences répétées de la part de son ex-compagnon, rapporte le journal Midi-Libre. En entrant dans l’officine, la victime a prononcé le code “Masque 19”, qui a permis au personnel de comprendre qu’elle était menacée et de la mettre immédiatement à l’abri. Son agresseur a ensuite été arrêté et placé en garde à vue par la Brigade Anti-Criminalité (BAC).

L’histoire commence vendredi 5 novembre, à Montpellier, quand l’ex-conjoint de la victime se présente chez elle et entre de force. Très vraisemblablement alcoolisé, il la force à lui faire à manger, dont un gâteau, à l’occasion de son anniversaire. Elle s'exécute de peur de faire l’objet de violences, raison pour laquelle elle l’a quitté, mais l’homme semble décidé à s’en prendre à elle. Il jette le repas par terre, lui crache au visage et la frappe violemment au visage avant de la gifler à plusieurs reprises. Pire encore, il essaie de lui faire manger une cigarette écrasée et tente de l’étrangler à mains nues.

Déjà condamné pour violences conjugales

Malgré ce déferlement de violence, la femme parvient à s’échapper et à sortir de chez elle pour se réfugier dans une officine de pharmacie. Dès qu’elle entre, elle prononce les mots “Masque 19”, un code servant aux femmes à signaler qu’elles sont en danger à leur pharmacien. Le commerçant et son personnel la prennent donc immédiatement en charge et préviennent la police. Cette dernière arrive sur place et arrête le bourreau. Hors de contrôle, celui-ci affirme qu’il est toujours en couple avec la quinquagénaire et qu’elle a cherché les violences qu’il lui a infligées, avant d’arracher son bracelet électronique.

L’homme est en effet bien loin d’être inconnu des services de police et a déjà été condamné pour violences conjugales sur sa précédente compagne. Quant à l’actuelle, il ne la fréquentait que depuis 18 mois et vivait avec elle depuis peu de temps. Il ne lui a toutefois fallu qu’un mois de cohabitation pour qu’il commence à s’en prendre à elle. Au point que cette dernière avait placé sa fille en internat pour la protéger et avait dû faire intervenir la police pour qu’il quitte son domicile.

VIDÉO - Le calvaire de Fanny Thiel, victime de violences conjugales : "Partir ou rester, on est condamnées à mourir. C’est une torture permanente"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles