Une exoplanète où il pleut du fer aurait été découverte par des chercheurs

Thibaut Derex
C'est une fois la nuit venue qu'il pleut, probablement, du fer sur WASP-76b. Cela s'explique par les variations de température entre le jour et la nuit. (image d'illustration)

ESPACE - C’est la toute première fois que des astronomes observent ce type de phénomène. WASP-76b est une exoplanète si proche de son étoile qu’elle reçoit plusieurs milliers de fois le niveau de radiations solaires de la Terre. Elle appartient à la famille des super Jupiter chaudes et elle a une particularité bien à elle: la nuit, il y pleuvrait du fer. 

Comme le rapporte l’étude publiée dans Nature ce mercredi 11 mars, cette exoplanète avait été découverte en 2016. Elle fait une rotation complète de son étoile en seulement une journée et demie. Il fait extrêmement chaud à sa surface, “environ 2400°C la journée contre 1500°C la nuit, ce qui la coupe en deux parties distinctes”, rapporte Romain Allart du département d’Astronomie de l’université de Genève. 

C’est ce phénomène qui serait à l’origine des pluies de fer. La journée il fait si chaud que les molécules de fer se dissolvent et retrouvent une forme atomique. Dans la partie où il fait nuit, le fer reste sous forme de molécule. 

Lorsqu’une partie de la planète passe du jour à la nuit, le changement brutal de température crée de la condensation et il se pourrait alors qu’il pleuve du fer, et inversement quand la chaleur revient. 

Trouver du fer à 391 années-lumière  

Les températures à la surface de WASP-76b peuvent atteindre les 2400°C mais la nuit elles descendent à environ 1500°C. (image d'illustration) 

Pour observer ce phénomène, il a tout d’abord fallu aux chercheurs identifier la composition de l’atmosphère. C’est grâce à la spectroscopie à haute dispersion qu’ils ont pu identifier la présence de fer. 

Ce principe consiste à capter la lumière de l’étoile et à la faire passer à travers un prisme. Selon les couleurs obtenues, les scientifiques peuvent déduire la composition de l’atmosphère. Dans le cas de WASP-76b, ils ont trouvé beaucoup de fer.

D’autres exoplanètes connaissent également des phénomènes extrêmes. Comme KELT-9b, l’exoplanète la plus chaude que l’on connaisse, où les températures peuvent monter jusqu’à 4300°C (le Soleil oscille entre 4200°C et 8500°C à sa surface). La chaleur est telle qu’il impossible d’y voir le même phénomène que...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post