La panne de l'avion de Merkel n'a rien de suspect, assure l'armée allemande

L'armée de l'air allemande a écarté vendredi toute hypothèse criminelle après la panne survenue à bord de l'avion qui devait conduire Angela Merkel en Argentine pour le sommet du G20. /Photo prise le 29 novembre 2018/REUTERS/Andreas Rinke (Reuters)

BERLIN (Reuters) - L'armée de l'air allemande a écarté vendredi toute hypothèse criminelle après la panne survenue à bord de l'avion qui devait conduire Angela Merkel en Argentine pour le sommet du G20.

Selon la chancelière elle-même, un "dysfonctionnement grave" a contraint l'Airbus A340 de la République fédérale à se poser sûr l'aéroport de Cologne-Bonn.

Citant des sources proches des services de sécurité, le Rheinische Post a annoncé qu'une enquête avait été ouverte pour déterminer si des "antécédents criminels" étaient à l'origine de la panne, tout en ajoutant qu'aucune autre hypothèse n'était exclue.

"C'est une vérification de routine de l'équipement radio qui a échoué", a expliqué un porte-parole de l'armée de l'air. La panne provenait d'un boitier de distribution électronique, a ensuite fait savoir l'état-major.

Selon Der Spiegel, tout le système de communication de l'appareil a été affecté et l'équipage a été contraint d'utiliser un téléphone satellite embarqué pour procéder à un atterrissage d'urgence.

Angela Merkel et le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz, qui l'accompagne, devaient reprendre leur voyage dans la matinée, mais manqueront le début du sommet, qui s'ouvre dans la journée.

(Andreas Rinke, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles