Un supermarché classé monument historique ?

Visiter l’Intermarché de Ris-Orangis (Essonne) comme on visite le Château de Chambord ou bien les grottes de Lascaux. C’est ce qui pourrait arriver puisqu’une demande a été déposée auprès de la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de France pour classer le magasin comme monument historique.

 Une valeur patrimoniale

 Pour qu’un bâtiment ou un objet soit classé aux monuments historiques, il faut que celui-ci  présente un intérêt historique, artistique, architectural ou encore technique et scientifique qui requiert une protection particulière par l’Etat. C’est donc une reconnaissance nationale de la valeur patrimoniale d’un bien et de l’intérêt de sa transmission aux générations à venir. 

Une œuvre de Claude Parent

 Concernant le supermarché de Ris-Orangis, celui-ci pourrait être ajouté du fait de sa singularité architecturale. Construit en 1970, il est l’œuvre de Claude Parent, célèbre architecte, qui a notamment été le maître de Jean Nouvel. L’Intermarché est une illustration parfaite du mouvement brutaliste, un style architectural privilégiant l’emploi de matières brutes, telles que le béton. 

Un premier supermarché classé

 En 2011, un premier supermarché de l’architecte, le Carrefour de Sens dans l’Yonne a rejoint les monuments nationaux. Parmi les autres monuments insolites, on retrouve aussi la piscine art nouveau de la Butte aux Cailles à Paris, mais aussi la façade du Mc Donald’s du quartier Saint Lazare à Paris et même une parcelle de vignes du Gers, âgées de 200 ans. Au total, près quelques 43 000 immeubles, 260 000 objets et plus de 1 000 orgues  sont protégés au titre des monuments nationaux.