Un seul verre de vin ou une bière par jour augmenterait le risque d'AVC

Photo by Rafa Elias via Getty Images

Un verre de vin ou une bière par jour, aux alentours de la vingtaine et de la trentaine, pourrait d’ores et déjà augmenter le risque d’AVC d’un cinquième, selon une nouvelle étude scientifique.

Boire de l’alcool avec modération serait-il la clé d’une bonne santé ? Visiblement non, selon une nouvelle étude relayée par le Daily mail. Un verre par jour, aux alentours de la vingtaine et de la trentaine, pourrait d’ores et déjà augmenter le risque d’AVC.

Pour parvenir à cette synthèse, une équipe de l’Université nationale de Séoul a passé au crible pendant six ans les données d’1,5 million de jeunes adultes. Chaque année, les participants étaient soumis à quatre examens au cours desquels ils étaient interrogés sur leur consommation d’alcool. Les personnes considérées comme "buveurs modérés" consommaient près de six pintes de bière moyennement forte par semaine ou huit petits verres de vin ou environ neuf grands verres de spiritueux, soit environ un verre par jour.

Selon les conclusions de cette étude, ces dernières étaient 20% plus susceptibles d'avoir un accident vasculaire cérébral que celles dont la consommation était plus faible. Au total, parmi tous les participants, 3 153 ont eu un accident vasculaire cérébral au cours de la période d'étude.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Attention, les antivomitifs peuvent provoquer des AVC 10 à 12 jours après la prise"

"Les AVC peuvent entraîner une invalidité grave"

À noter que d'autres facteurs susceptibles d'affecter le risque d'accident vasculaire cérébral, tels que l'hypertension artérielle, le tabagisme et l'indice de masse corporelle ont été pris en compte. "Les AVC chez les jeunes adultes ont augmenté au cours des dernières décennies. Ils peuvent entraîner la mort ou une invalidité grave", a tenu à rappeler l'auteur de l'étude, Eue-Keun Choi.

Longtemps considéré comme une fatalité, l’AVC, souvent appelé "attaque cérébrale", est provoqué par un arrêt brutal de la circulation sanguine à l’intérieur du cerveau, qui entraîne la mort des cellules cérébrales. Chaque année en France, 150 000 personnes sont victimes d’un AVC, plus de 110 000 sont hospitalisées et 30 000 en décèdent, selon les chiffres rapportés par le ministère de la Santé.

VIDÉO - "On peut faire un AVC à 20, 30, 40 ans sans présenter ces facteurs-là. Il faut démonter les clichés sur les AVC chez les jeunes"