Un sénateur UDI partage un article depuis le site d’Alain Soral « par erreur »

Un sénateur UDI partage un article depuis le site d’Alain Soral « par erreur »

Il y a des jours où il vaudrait mieux rester coucher. Jeudi 12 août, un sénateur Union des Démocrates et Indépendants, Yves Pozzo di Borgo, partageait sur Twitter un article intitulé « Le 13 août, nous aurons consommé ce que la Terre est capable de produire en un an ». Jusqu’ici, rien de bien étonnant : chaque année, le sujet se rappelle au bon souvenir de notre société surconsommatrice, et c'est tant mieux.

Mais ce n’est pas tant le thème de l’article que sa source qui interpelle. En effet, bien que le papier soit le fruit de LaLibre.be, c’est vers le site Egalité & Réconciliation que redirige l’URL partagée par le sénateur… autrement dit, vers le site du « mouvement » dirigé par Alain Soral, qui a pour habitude de mettre en ligne certains articles en provenance d'autres médias n'ayant rien à voir avec sa ligne éditoriale.

Effacé, repéré

Vite effacé, le tweet a cependant était repéré par Le Lab Europe 1. Dans la foulée, un journaliste de Marianne interpelle le conseiller UDI de Paris, s’étonnant de ce relais inattendu. Qu’est-ce qu’un sénateur UDI peut bien avoir en commun avec un idéologue de la trempe d'Alain Soral, au pire vénéneux, au mieux polémique, qui se revendique, non sans fierté et provocation, « national-socialiste » ?

En réponse, Yves Pozzo di Borgo souligne « une erreur » de sa part : ce n’est pas cet article qu’il souhaitait partager, mais bien un autre sur le même thème hébergé par le Huffington Post.

Le fameux tweet

 

L'échange avec le journaliste de Marianne sur Twitter :

Echange

 

 Yves Pozzi di Borgo a ensuite souhaité rectifier le tir :

Rectification

Une erreur qui n'en reste pas moins étrange, quand on sait que l'homme est un habitué des réseaux sociaux. En clair, s'il est toujours préférable de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler, peut-être faudrait-il aussi adapter la formule au monde moderne et tourner sa souris sept fois dans sa main avant de cliquer...