Un prêt non déclaré au coeur de l'enquête Fillon

François Fillon a reçu en 2013 un prêt de 50.000 euros de son ami Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de La Revue des deux mondes, qu'il a omis de déclarer à la Haute autorité de la vie publique (HATVP), a confirmé mardi son avocat. /Photo prise le 6 mars 2017/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - François Fillon a reçu en 2013 un prêt de 50.000 euros de son ami Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de La Revue des deux mondes, qu'il a omis de déclarer à la Haute autorité de la vie publique (HATVP), a confirmé mardi son avocat.

Selon Le Canard enchaîné, qui a révélé l'information, les juges chargés de l'enquête visant le candidat de la droite pour l'élection présidentielle s'intéressent de près à ce prêt, sans intérêt ni date limite de remboursement.

"Il s'agit d'un oubli dans sa déclaration", a déclaré sur BFM TV l'avocat de l'ancien Premier ministre, Me Antonin Lévy.

"C'est un prêt qui a été intégralement remboursé", a-t-il ajouté, soulignant que son client en avait "spontanément" parlé aux enquêteurs. "Il n'y a aucun sujet."

Le 24 février, lorsque le Parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire visant François Fillon, il l'a ouverte pour détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel (les délits qui visent les emplois présumés fictifs dont aurait bénéficié sa famille), mais aussi trafic d'influence, et manquement aux obligations déclaratives.

D'après le Canard enchaîné, c'est ce prêt non déclaré qui est visé par ce dernier délit.

Toujours selon l'hebdomadaire, ce prêt pourrait aussi nourrir les soupçons de trafic d'influence qui entourent les conditions d'attribution, sur rapport de François Fillon, du grade suprême de la Légion d'honneur (grand-croix) au propriétaire de la Revue des deux mondes, où son épouse Penelope est soupçonnée d'avoir eu un emploi fictif.

"NAUSÉE"

Contacté par Reuters, le PNF s'est refusé à tout commentaire.

Marc Ladreit de Lacharrière s'est vu attribuer le grade de grand-croix de la Légion d'honneur le 31 décembre 2010, moins d'un an et demi avant d'embaucher Penelope Fillon. Ce titre est très rarement décerné. Un décret de 2015 a en effet fixé à 6 le nombre maximal de personnes pouvant le recevoir chaque année. Le code de la Légion d'honneur impose par ailleurs un nombre maximum de 75 grand-croix vivants, précise-t-on à la grande chancellerie. Ils sont actuellement 72.

Olivier Faure, président du groupe PS à l'Assemblée nationale, a dit finir "par avoir la nausée", après ces nouvelles révélations.

"Ce prêt n'est pas anecdotique, c'est un prêt sans intérêt par quelqu'un qui est connu pour avoir déjà assez largement subventionné la famille Fillon et toute la question qui est posée derrière, c'est quels sont les conflits d'intérêts potentiels qui existent entre cette participation à l'aventure personnelle d'un homme et les liens qu'il entretient avec la finance", a-t-il déclaré à la presse, appelant la droite à "se ressaisir", en se trouvant un autre candidat.

Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, a quant à lui estimé qu'il fallait désormais parler "du fond". "C'en est assez", a-t-il dit sur BFM TV. "Les Français maintenant, ils veulent qu'on parle d'eux."

François Fillon a estimé lundi soir que le débat sur son éventuel retrait de la course à la présidentielle était "clos" après que son ancien rival Alain Juppé eut annoncé qu'il renonçait définitivement à le remplacer, et le comité politique des Républicains lui a renouvelé sa confiance.

Selon Le Canard enchaîné, les enquêteurs ont également entrepris de dresser la liste de tous les clients de la société de conseil de François Fillon, et ils le soupçonnent d'avoir sous-estimé sa demeure dans la Sarthe.

(Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages