Un papy de 83 ans se déguise en facteur pour arnaquer des vieilles dames

Un faux postier de 83 ans arnaque quatre femmes de plus de 90 ans - REUTERS (REUTERS)

Entre juillet et septembre dernier, un homme de 83 ans a dépouillé au moins quatre femmes de plus de 90 ans. Il les pistait dans la rue puis gagnait leur confiance grâce à une tenue de facteur très bien imitée.

Il n’y a pas d’âge pour être un escroc. C’est ce qu’a prouvé un homme de 83 ans qui a été arrêté à Nîmes, dans le département du Gard, pour avoir arnaqué au moins quatre femmes de plus de 90 ans, rapporte le site de France Bleu. L’homme, qui a déjà été condamné à douze reprises pour des faits similaires, avait mis en place un système bien rôdé.

Ce papy escroc savait parfaitement ce qu’il faisait. Tout d’abord, il repérait une cible potentielle dans la rue, une dame très âgée, plus âgée que lui, ce qui n’est pas rien. Ensuite, revêtu d’une tenue de facteur de La Poste visiblement très convaincante, il leur expliquait que leur carte de crédit était défectueuse et que ses collègues passeraient plus tard pour régler le problème. En attendant, il leur demandait de mettre la carte avec le code dans une enveloppe fermée.

4 victimes et 12 condamnations

Rassurées par sa tenue, et peut-être par son âge, les vieilles dames s’exécutaient. L’homme détournait ensuite leur attention et remplaçait l’enveloppe par une autre puis disparaissait avec toutes informations dont il avait besoin pour retirer de l’argent. C’est d’ailleurs grâce aux images de la caméra d’un distributeur de billets qu’il a été repéré puis interpellé par les policiers. Une erreur d’amateur pour cet homme qui a déjà été condamné à au moins douze reprises pour des faits similaires.

Malgré l’âge de l’escroc, le parquet de Nîmes va demander un ​​placement en détention provisoire ce jeudi 27 octobre 2022, en vue d'une comparution immédiate le lundi 31 octobre 2022. En tant que multirécidiviste, il encourt jusqu’à 14 ans de prison, ce qui signifierait qu’il terminerait probablement sa vie derrière les barreaux. A condition, évidemment, qu’une telle peine soit prononcée.

Ce contenu peut également vous intéresser