Un local du "Petit Cambodge" squatté, la maire du 10e arrondissement de Paris condamne

Anthony Berthelier
·Journaliste au HuffPost
·2 min de lecture
Un local du "Petit Cambodge" squatté, la maire du 10e arrondissement de Paris condamne

POLITIQUE - La réponse de la maire du 10e arrondissement de Paris se veut claire: les squatteurs doivent partir. La socialiste Alexandra Cordebard condamne, ce lundi 28 décembre, “l’occupation illégale” d’un local loué par les gérants du restaurant “le Petit Cambodge”, établissement tristement célèbre pour avoir été l’une des cibles des attentats de 2015.

Depuis le 14 novembre, un groupe de militants associatifs -qui se présentent comme “les révoltés de la place Sainte-Marthe”- occupent effectivement les locaux situés rue Claude Vellefaux, dans le nord-est parisien, de ce qui devait être leur troisième établissement.

“Un ‘collectif’ a investi les lieux, changé les serrures, badigeonné les murs. Il y organise des apéros, propose de s’y réunir, d’y lutter. Pendant que nous nous battons pour maintenir notre activité”, dénonçait l’équipe du “Petit Cambodge” sur leur page Facebook samedi 26 décembre, ajoutant: “informés trop tardivement, nous n’avons pas pu intervenir à temps pour les déloger.”

“Restaurants pour bobos”

Une situation qui ne peut pas durer pour la maire du 10e arrondissement. “Je demande instamment aux squatteurs de ne pas dégrader les lieux et de restituer le local au plus vite à son locataire”, écrit Alexandra Cordebard ce lundi sur les réseaux sociaux, à la veille d’une nouvelle audience au tribunal évoquée par les gérants du “Petit Cambodge” dans leur publication.

Mais cette fermeté n’est visiblement pas partagée par tous les élus de la majorité composée autour d’Anne Hidalgo. Invit&ea...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.