Un infirmier libéral arnaque la Sécu d'un million d’euros

Photo d'illustration

Ce n’est pas le casse du siècle, mais c’est en tout cas une arnaque rarement vue dans les archives de la Sécurité sociale, de par son montant.

L’infirmier libéral installé à Saint-Laurent-de-Mure (Rhône) n’a pas fait dans le détail, c’est d’ailleurs ce qui l’a perdu. Ce professionnel de la seringue est en effet soupçonné d'avoir escroqué la Sécurité sociale pour environ un million d'euros. Il a été interpellé et sera présenté jeudi 11 juin à un magistrat lyonnais, selon une source policière.

Surfacturations et actes fictifs                

Âgé de 37 ans, l’homme et son épouse, qui a ouvert le cabinet, résident dans le département de l'Isère. Au quotidien, c’est lui qui gérait le cabinet installé à Saint-Laurent-de-Mure (Rhône) où il a été interpellé mardi 9 juin par les policiers de la sûreté départementale du Rhône en charge de l'affaire.

Son épouse du même âge, a été interpellée le lendemain et également placée en garde à vue. Elle devrait également être déférée ce jeudi. Tous deux sont soupçonnés d'avoir "surfacturé, facturé des actes fictifs et détourné des règles de collaboration et de remplacement".                  

Selon les enquêteurs, le préjudice subi par la caisse primaire de l'assurance-maladie (CPAM) du Rhône est estimé à plus d'un million d'euros sur une période allant de juillet 2010 à décembre 2014.

La folie des grandeurs                

Une fraude organisée, à grande échelle qui permettait à ce professionnel de gagner près de 15000 euros par mois et de mener un train de vie fastueux. C’est ce qui a mis la CPAM sur la piste de cette escroquerie et l’a incité à déposer plainte, car l’activité du cabinet était "10 fois supérieure" à celle de ses confrères.En garde à vue, l’homme a nié les faits qui lui sont reprochés.

175 millions par an                

En 2013, les fraudes à l'Assurance maladie ont représenté au niveau national 174,64 millions d'euros (+12%).  Pour moitié, les redressements ont visé les professionnels de santé pour des prestations surfacturées, voire "fictives". Les catégories professionnelles les plus épinglées sont les infirmiers (18,3 M d'euros de fraudes détectées) et les transporteurs sanitaires (ambulanciers, taxis), avec un bond des redressements de 38,5% en un an ( 17,6M d'euros).