Un gène ancien permettant de produire du venin existe chez les humains

Quang Pham
·1 min de lecture
Les êtres humains possèdent, comme les serpents, des gènes théoriquement liés à la production de venin. (Photo: OldGreyMan via Getty Images/iStockphoto)
Les êtres humains possèdent, comme les serpents, des gènes théoriquement liés à la production de venin. (Photo: OldGreyMan via Getty Images/iStockphoto)

GÉNÉTIQUE - Les êtres humains pourront-ils un jour, comme les serpents, être venimeux? L’hypothèse n’est pas tirée d’un film de super héros mutants, mais d’une étude publiée dans la revue de l’Académie Nationale des Sciences américaines (PNAS) ce lundi 29 mars et dirigée par des chercheurs de l’Institut des Sciences et Technology d’Okinawa et de l’Université Nationale d’Australie (ANU).

L’article révèle que les mammifères possèdent dans leur ADN des gènes anciens qui, théoriquement et si les conditions de leur environnement l’exigeaient, pourraient leur permettre de produire du venin à partir de leurs glandes salivaires.

Les rongeurs, les chiens, les chimpanzés et donc les êtres humains possèdent en effet des gènes en commun avec les serpents, dont ceux utilisés par ces derniers pour produire du venin. Ce qui est d’autant plus remarquable que les reptiles et les mammifères ont évolué séparément voici plusieurs centaines de millions d’années. Les chercheurs estiment que le venin a évolué près d’une centaine de fois depuis son apparition dans le règne animal.

Produire du venin, une stratégie de survie

Nous ne sommes pas pour autant près de voir les êtres humains développer de super pouvoirs venimeux. Les auteurs de l’étude préviennent que si l’espèce humaine a le potentiel génétique pour fabriquer du venin, cette éventualité reste improbable dans le futur, compte tenu du processus évolutionnaire qui peut prendre jusqu’à des millions d’années pour se réaliser.

Qui plus est, si certaines espèces ont d&...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.