Un député britannique accusé d’avoir regardé du porno en séance parlementaire

Selon les médias britannique, une membre du gouvernement a vu un député regarder du porno en pleine séance parlementaire. Une enquête a été ouverte. (via REUTERS)

Une ministre conservatrice a révélé mardi 26 avril qu’un député avait regardé, il y a quelques mois, de la pornographie sur son téléphone mobile en pleine séance parlementaire. “Un motif d’exclusion” selon le Premier ministre Boris Johnson.

Des indiscrétions ont filtré mardi 26 avril alors qu’une réunion du groupe conservateur se tenait à Londres. Une ministre, dont le nom est tenu secret pour l’heure, a révélé avoir vu un de ses collègues conservateurs “mater” une vidéo à caractère pornographique sur son téléphone portable à la Chambre des Communes il y a quelques mois. Cette affaire a été rapportée au journal Le Sun et le Daily Mirror qui ont, sans tarder, médiatisé l’affaire.

Le parti a confirmé qu’il y aurait une enquête sur le sujet et que le député pourrait être poussé à la démission voire renvoyé du Parlement.

Des députés et des ministres dans la tourmente

C’est une nouvelle affaire de mœurs qui agite le Parlement britannique déjà secoué par les révélations du Sunday Times dimanche dernier. Selon l'hebdomadaire, trois ministres et deux députés de l’opposition font actuellement l’objet d’accusations de "mauvais comportements de nature sexuelle". C’est en tout 56 députés qui font l’objet d’une enquête pour des motifs allant du harcèlement au voyeurisme jusqu’à l’agression.

Une autre affaire a aussi fait polémique ces derniers temps puisque la numéro 2 du parti travailliste, Angela Rayner, aurait été accusée par des députés conservateurs d’avoir croisé et décroisé les jambes pour perturber la prestation du Premier ministre au Parlement. Des “foutaises sexistes et misogynes” selon les déclarations de Boris Johnson lui-même, qui a affirmé devant les députés que "le harcèlement sexuel était intolérable” et que c’était “bien sûr un motif d’exclusion”.

VIDÉO - Législatives en France : discussions entre Insoumis et socialistes pour une union de la gauche

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles