Un chef d'Aqmi tué au Mali lors d'une opération française

DAKAR (Reuters) - Des soldats des forces françaises engagées dans l'opération Serval ont tué un ressortissant espagnol opérant comme chef militaire d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) lors d'une opération dans le nord du Mali cette semaine, indiquent des sources du renseignement espagnol et des services de sécurité. "La mort de (Abou al Nour Andalousi) a eu lieu lors d'une attaque des forces françaises contre une réunion de membres d'Al Qaïda dans le nord du Mali", indique AICS, une société spécialisée dans le renseignement et basée en Espagne, citant des sources locales. Le directeur général d'AICS, Salvador Burguet, a précisé que Al Nour était un homme de 35 ans, originaire de Melilla, enclave espagnole située sur les côtes marocaines. Depuis une année au moins, il dirigeait une brigade (katiba) d'environ 25 combattants dans la région désertique au nord de Tombouctou, a ajouté Salvador Burguet. La mort du chef militaire a été confirmée par deux autres sources au sein des services de sécurité au Mali qui ont précisé que les forces françaises avaient mené deux opérations dans les régions de Gao et de Tombouctou en début de semaine. Aucun bilan n'a été fourni. Al Nour était impliqué dans plusieurs attaques contre des casques bleus de la Minusma, la mission des Nations unies au Mali. Une vidéo mise en ligne par Aqmi en septembre le présentait exhortant ses compatriotes à rejoindre les djihadistes au Mali, rapporte SITE, organisme spécialisé dans la veille des activités islamistes sur internet. La vidéo le montrait ensuite montant à bord d'un camion avec d'autres activistes et participant à une embuscade tendue à un véhicule de l'Onu au cours de laquelle six casques bleus burkinabés avaient été tués, selon l'Onu. Environ 3.500 soldats français sont engagés au Mali dans le cadre de l'intervention militaire lancée en janvier 2013. (Emma Farge, Pierre Sérisier pour le service français)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles