Un ado de 14 ans couvert d’hématomes après une semaine de cours

Un ado de 14 s'est retrouvé avec 38 hématomes sur le corps en une semaine de cours - Getty Images/iStockphoto (Getty Images/iStockphoto)

En Haute-Marne, un adolescent de 14 ans a subi des violences répétées perpétrées par un autre élève de son établissement. Un médecin a compté un total de 38 hématomes répartis sur son corps, infligés au cours d’une seule semaine de cours.

La rentrée des classes n’est pas une bonne nouvelle pour tous les élèves. Surtout pas en Haute-Marne où un adolescent de 14 ans a reçu de très nombreux coups durant sa première semaine complète de cours, rapporte le journal Le Parisien. D’après le médecin qui l’a examiné, Clément, comme le surnomment nos confrères, a le corps couvert de 38 hématomes essentiellement répartis sur ses bras et sur ses jambes.

Tout commence au cours de la semaine du 5 au 9 septembre 2022, c’est la première de Clément dans son nouveau collège. Il y a été transféré pour être mieux encadré, en raison de ses difficultés d’apprentissage. Un jour où l’ado participe à un jeu avec d’autres élèves, il voit son futur agresseur qui se précipite vers lui. “Alors qu’il courait vers moi, je pensais qu’il voulait me parler, mais il m’a attrapé par la manche et m’a donné un coup de poing dans la cuisse. Quand je lui ai demandé pourquoi il se moquait de moi, il souriait comme si ça le rendait heureux de faire ça”, raconte l’adolescent dans les colonnes du Parisien. Jour après jour, les violences se répètent et le tortionnaire se consacre méthodiquement à infliger des coups quotidiens à Clément.

Minimisation et sanction à retardement

Quand celui-ci, qui est interne dans son collège, rentre chez ses parents, ces derniers découvrent que son corps est criblé d’hématomes. Ils préviennent immédiatement la direction de l’établissement mais celle-ci semble peu encline à les aider. “On avait l’impression que le collège minimisait. Ils ont dit qu’ils allaient faire attention et identifier l’auteur”, raconte le père de Clément. Après tout, un médecin a compté 38 hématomes sur le corps de l’adolescent et lui a prescrit 3 jours d’ITT (Incapacité Totale de Travail).

Après avoir tenté, en vain, de contacter le numéro d’écoute et de prise en charge au service des familles et des victimes de harcèlement entre élèves, les parents filent chez les gendarmes. Ils y déposent une plainte contre le collège et l’auteur des coups. Les militaires se rendent donc sur place pour interroger la principale du collège et l’agresseur, qui reconnaît les faits. Cette visite provoque un retour de l’inspection académique et de la direction du collège auprès de la famille de Clément. Une procédure d’exclusion de 8 jours a été décidée à l’encontre de l’élève porteur des coups qui, pourtant, nécessite lui aussi un accompagnement renforcé. Cependant, selon l’Académie de Reims, “au regard des premières investigations menées, il semble qu’aucune situation de harcèlement ne soit, dans le cas présent, caractérisée, les deux élèves ne se connaissant que depuis quelques jours.”

Ce contenu peut également vous intéresser