Les ultraviolets au cœur de l’évolution de deux espèces de papillons

·2 min de lecture

Des chercheurs ont prouvé, dans une nouvelle étude, l’importance d’un gène codant l’émission d’ultraviolets afin de séparer deux espèces de papillons partageant leurs territoires et gènes depuis près d’un siècle.

Deux espèces de papillons qui partagent leur habitat et une grande partie de leurs gènes se différencient grâce aux ultraviolets. En effet, des scientifiques de l’Université George Washington aux États-Unis, dans une étude publiée au sein du journal , ont déterminé et manipulé le gène responsable de cette différence qui permet aux deux papillons de préserver leurs espèces.

Deux espèces mélangées à cause des activités humaines

Le Coliade de la luzerne (Colias eurytheme) et le Coliade du trèfle (Colias philodice) sont deux papillons vivant aux États-Unis. Avant l’ère moderne, ces deux lépidoptères avaient chacun leur propre territoire et ne se rencontraient pas. Cela évitait tout brassage génétique pouvant nuire aux générations futures qui pourraient alors devenir infertiles. Cependant, le développement des fermes de luzernes (Medicago sativa), la fleur qui produit le pollen le plus goûtu pour la trompe du Coliade de la luzerne, a changé la donne. En suivant son mets favori, le papillon gourmand s’est introduit dans le territoire du Colliade du trèfle. Cet événement a augmenté les chances de reproduction entre les deux espèces. Pourtant, malgré ce brassage génétique, ces dernières sont restées distinctes. Et le caractère qui permet cette différenciation est l'émission d'ultraviolets du mâle chez le Coliade de la luzerne.

Les individus femelles et mâles des deux espèces(Clouded Sulphur correspond au Coliade du trèfle et Orange Sulphur au Coliade de la Luzerne), la couleur grise des ailes correspond à l’émission d’ultraviolets. Crédits : Kathleen Garrigan avec l’Université de George Washington.

La place des ultraviolets dans le monde vivant

Même s'ils sont invisibles pour les yeux humains, les ultraviolets sont reflétés par de nombreux êtres vivants. Ainsi pour les espèces capables de les percevoir, ils peuvent être un véritable atout évolutif. Par exemple, le Rollier d’Europe (Coracias garrulus), un oiseau français aux vives couleurs turquoises, qui est liée à leur [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles