Ultradroite : un homme mis en examen pour provocation à un acte de terrorisme

·1 min de lecture

Un militant d'ultradroite originaire du sud-ouest a été mis en examen vendredi à Paris notamment pour provocation à un acte de terrorisme et apologie, tandis qu'un autre homme, qui n'appartient pas à cette mouvance, est également poursuivi pour lui avoir vendu des armes, selon une source judiciaire.

Tous les deux ont été placés en détention provisoire. L'information judiciaire ouverte par le Parquet national antiterroriste (Pnat) ne vise pas l'association de malfaiteurs terroriste criminelle, selon la même source, qui souligne qu'à ce stade, l'enquête n'a pas démontré la préparation d'un projet violent. Les investigations, notamment l'exploitation de toutes les données et supports numériques, se poursuivent toutefois.

Des échanges sur Telegram

Les deux hommes ont été interpellés mardi dans le Tarn-et-Garonne et en Gironde et placés en garde à vue par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Ils ont été repérés, selon des sources judiciaire et policière, par des échanges sur la messagerie cryptée Telegram. Tous les deux s'écrivaient pour effectuer des "achats d'armes", avait indiqué une source policière.

Le premier suspect a été arrêté à Montauban, où il est employé municipal. Agé de 46 ans, il administrait des chaînes de la messagerie cryptée Telegram, enraciné dans une idéologie d'ultradroite et adhérait à une tendance dite "accélérationniste", qui vise à provoquer ou encourager des affrontements entre communautés. Selon une source proche du dossier, il publiai...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles