Paris: un ultra-nationaliste condamné à sept ans de prison pour des velléités d'attaque

1 / 2

Paris: un ultra-nationaliste condamné à sept ans de prison pour des velléités d'attaque

Un ultra-nationaliste au profil psychologique fragile a été condamné ce vendredi à Paris à sept ans de prison pour des velléités d'attaque à l'explosif contre des cibles restées floues, pouvant être des locaux d'En Marche, une mosquée ou une synagogue.
    
Le tribunal correctionnel a ordonné le maintien en détention de Guillaume M., 26 ans, assortissant sa peine d'une période de sûreté des deux tiers et d'un suivi socio-judiciaire avec obligation de soins et de travail. Les juges ont en outre révoqué une année de prison avec sursis d'une précédente condamnation, qui vient s'ajouter aux sept ans. Un peu plus tôt, le parquet national antiterroriste (PNAT) avait demandé neuf ans contre lui.

Un ancien membre des Jeunesses nationalistes

La procureure avait rappelé que, pour des raisons juridiques, Guillaume M. ne pouvait pas être condamné pour avoir voulu abattre des minorités ou le président Emmanuel Macron, comme il l'avait affirmé.
    
La magistrate avait expliqué que les conditions de l'infraction d'"entreprise terroriste individuelle" pour laquelle il était jugé n'étaient pas réunies s'agissant d'un projet d'attaque à l'arme à feu, sa recherche d'une arme ne permettant pas, selon la loi applicable, de caractériser ce délit.
    
Cet homme de 26 ans, ancien membre des Jeunesses nationalistes, ligue d'extrême droite dissoute en 2013, avait été interpellé en 2017 après des propos sur le site jeuxvideo.com: "Je cherche une...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi