Ukraine: Zelensky pointe les milliers de dauphins morts en mer Noire du fait de l'invasion russe

Un squelette de dauphin récupéré sur le bord de la mer Noire  - United/24
Un squelette de dauphin récupéré sur le bord de la mer Noire - United/24

Des victimes collatérales du conflit en Ukraine. Ce mercredi sur ses réseaux sociaux, Volodymyr Zelensky a dénoncé un "écocide" après la mort répertoriée de milliers de dauphins en mer Noire, directement liée selon lui aux effets de l'invasion russe en Ukraine sur l'environnement marin.

"Des milliers de dauphins morts se sont échoués sur les rives de la mer Noire", a affirmé le président ukrainien dans un message sur les réseaux sociaux, relayant un reportage diffusé par United24, une plate-forme de financement participatif en ligne qu'il a lancé début mai. "La guerre russe a un impact énorme sur la faune de notre pays", a-t-il fustigé, regrettant ses "conséquences dévastatrices" sur les écosystèmes.

50.000 dauphins morts?

Le président ukrainien a affirmé que les autorités compétentes en matière de protection environnementale "recueillent les preuves de ces crimes et ont l'intention de tenir la Russie responsable de cet écocide en Ukraine".

Selon le directeur scientifique du parc national des Lagunes de Touzly (sud-ouest), interrogé dans ce reportage, l'hécatombe des dauphins en mer Noire est due notamment à "la présence de sous-marins et de bateaux de guerre" dans les eaux depuis fin février, ce qui "a mis une pression énorme sur l'environnement marin".

"Nous estimons que 50.000 dauphins sont morts à cause de la guerre", a déclaré Ivan Roussev, dont 2500 "ont été retrouvés (sur les plages) dans la région d'Odessa, en Crimée annexée, mais aussi en Bulgarie, en Turquie et en Roumanie".

Cela représente 20% de la population de ce cétacé en mer Noire, recensée à 250.000 en 2020 et qui était déjà soumise aux pressions de la pêche et de la pollution, selon les autorités ukrainiennes.

Selon lui, qui tient un journal de bord très suivi sur Facebook sur les effets de la guerre sur la faune et la flore, certaines espèces d'oiseaux ont aussi été forcés à "migrer" plus tôt dans l'année, poussée par les conséquences des "missiles qui s'abattaient dans la partie est du parc national".

Article original publié sur BFMTV.com