Ukraine : Washington accuse pour la première fois la Russie de « crimes contre l’humanité »

© REUTERS/Wolfgang Rattay

C’est la première fois que les États-Unis pointent les « crimes contre l’humanité » commis par la Russie. Lors de la Conférence de Munich sur la sécurité ce samedi, la vice-présidente des États-Unis, Kamala Harris, a accusé Moscou d’avoir commis des « crimes contre l’humanité » depuis le début de l’invasion en Ukraine il y a près d’un an, le 24 février 2022. Kamala Harris n’a pas hésité à énumérer les exactions menées, a priori, par les troupes de Vladimir Poutine : des bombardements systématiques notamment contre les civils, des viols et des tortures de la part de soldats russes, ou encore, des déportations d’Ukrainiens en Russie.

Plus de 30 000 crimes commis

« Nous avons examiné les preuves, nous connaissons les normes juridiques et il n'y a pas de doute : ce sont des crimes contre l’humanité », a accusé Kamala Harris lors de sa prise de parole, promettant que les auteurs de ces atrocités devront rendre des comptes. La vice-présidente américaine a également réitéré son soutien à Kiev assurant que Washington - le principal fournisseur d’armes à l’Ukraine - soutiendra le pays « aussi longtemps qu'il le faudra ».

À lire aussi À Munich, Emmanuel Macron rassure l’Ukraine et réclame plus d’Europe

Washington a recensé au moins 30 600 cas de crimes de guerre commis depuis le début de la guerre en Ukraine. Dans un communiqué, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a jugé qu’il ne pouvait « y avoir d'impunité pour ces crimes ». L’Ukraine réclame la créatio...


Lire la suite sur LeJDD