Ukraine : va-t-on laisser Zelensky frapper en Russie?

L'Ukraine va-t-elle enfin pouvoir frapper le territoire russe à l'aide du matériel fourni par les pays occidentaux ? Question centrale pour Volodymyr Zelensky qui poursuit sa tournée en Europe. Espagne hier, Belgique et Portugal aujourd'hui. Les États-Unis, plus gros pourvoyeurs d'armement à l'Ukraine, ne voulaient pas en entendre parler. Plusieurs États limitrophes de la Russie non plus. Trop risqué de provoquer Moscou. Mais après le feu vert du patron de l'Otan et le soutien du chef de la diplomatie européenne, le vent pourrait être en train de tourner.

Petit à petit, le mur se fissure... Depuis la visite surprise d'Antony Blinken à Kiev il y a quinze jours, les diplomates américains font pression sur la Maison Blanche. Car le nouveau front ouvert par la Russie autour de Kharkiv fait peur. L'armée russe a disposé son artillerie à quelques kilomètres de la frontière. En toute impunité. Sans l'aide des drones américains, les Ukrainiens n'ont pas la puissance de feu nécessaire. Et ça, ça ne peut plus durer, martèle Victoria Nuland, qui était n°3 de la diplomatie américaine jusqu'à son retrait au mois de mars dernier...

« Je pense que si les attaques russes proviennent juste de l'autre côté de la frontière, en Russie, ces bases devraient être des cibles légitimes... Si c'est de là que partent les missiles, si c'est là que les troupes russes sont massées, il est temps, parce que la Russie a tout fait pour intensifier la guerre, y compris en s'en prenant à Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, qui n'est pas sur la ligne de front et que les Russes sont en train de décimer sans même une seule troupe au sol », a déclaré Victoria Nuland.


Lire la suite sur RFI