En Ukraine, situation toujours instable sur le front énergétique

AP - Andrew Kravchenko

La Russie continue de bombarder les installations électriques ukrainiennes. Conséquence : depuis ce lundi 31 octobre, les coupures d’électricité se sont aggravées et elles impactent fortement le quotidien des Ukrainiens. Mais particuliers comme entreprises semblent faire face avec une résilience étonnante.

Avec notre correspondant à Kiev, Stéphane Siohan

Le téléphone fonctionne ce jeudi matin, ce qui veut dire que ça ne va pas trop mal. Car il faut savoir que les coupures d’électricité depuis lundi ont des effets en cascade sur tous les autres réseaux : en cas de blackout, l’Internet est coupé, le réseau téléphonique mobile est fortement ralenti. Nous recevons régulièrement des SMS de notre opérateur qui s’excuse des perturbations, en promettant que ses techniciens travaillent d’arrache-pied pour y remédier.

La situation est cependant très chaotique. Mardi, une bonne partie de la ville était privée d’électricité, mais mercredi la situation s’est globalement améliorée dans la capitale. Cependant, dans d’autres villes, les bombardements se poursuivent, comme à Kryvyï Rih, dans le sud du pays, une grande ville industrielle qui a été frappée cette nuit par des drones kamikazes iraniens.

En réalité, tous les Ukrainiens se préparent à un hiver difficile, 40% des centrales électriques du pays auraient été bombardées ces dernières semaines. Et cela impacte l’approvisionnement en eau des ménages, le chauffage, les communications quotidiennes, le fonctionnement des écoles et des entreprises.

Coupures tournantes


Lire la suite sur RFI