Situation "difficile" dans le nord-est de l'Ukraine, la Russie accusée d'exactions contre des civils

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est rendu, jeudi, à Kharkiv, cible d'un assaut des troupes russes. Il a estimé que la situation était "globalement sous contrôle" mais que la zone était "extrêmement difficile". Kiev a par ailleurs accusé l'armée russe d'avoir exécuté au moins un civil ukrainien et d'en utiliser une quarantaine d'autres comme "boucliers humains".

L'Ukraine a déclaré, jeudi 16 mai, contenir l'avancée militaire russe dans le nord-est du pays où la situation reste "extrêmement difficile", selon le président, Volodymyr Zelensky, Moscou y menant une offensive qui lui a permis d'engranger ses plus importants gains territoriaux depuis fin 2022.

Selon un haut-responsable militaire de l'Otan, les forces russes n'ont toutefois "pas les forces nécessaires pour réaliser une percée stratégique". "Ils n'ont ni les compétences ni la capacité de le faire,", a affirmé, jeudi soir, le commandant suprême des forces alliées en Europe, le général américain Christopher Cavoli.

Les autorités ukrainiennes ont accusé l'armée russe d'avoir exécuté au moins un civil ukrainien et d'en utiliser une quarantaine d'autres comme "boucliers humains" à Vovtchansk, localité de la région de Kharkiv (nord-est) et cible d'un assaut des troupes russes qui ont conquis, selon des estimations de l'AFP, près de 260 km2 en une semaine.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
En visite à Pékin, Vladimir Poutine veut renforcer son partenariat stratégique avec la Chine
Après le repli de Kiev "dans certaines zones" de la région de Kharkiv, Zelensky reporte des visites
Guerre en Ukraine : Poutine met le cap sur Kharkiv