Ukraine : le retrait de Kherson, un nouvel échec pour l’armée russe mais pas de panique du Kremlin

AP

Après la retraite de Kiev en avril, après la déroute de Kharkiv et Lyman en septembre dernier, l’abandon de Kherson est un nouvel échec pour l’armée de Vladimir Poutine. Mais si les défaites précédentes avaient fait souffler un vent de panique à Moscou, fois-ci les choses sont différentes, du moins dans la posture.

Si l’annonce par le ministre de la Défense russe du « regroupement » de ses forces présentes à Kherson de l’autre côté du fleuve Dniepr a été diffusée, ce mercredi, en direct à la télévision russe, depuis, les médias d’État traitent cette information avec une étonnante discrétion. Quelques mots à peine dans certains journaux télévisés, le plus souvent pour commenter la construction de nouvelles lignes défensives en Crimée et à l’est du Dniepr. Dans d’autres, pas un mot.

►À lire aussi : Le retrait des troupes russes à Kherson: une «grande victoire» pour l'Ukraine

Sur leurs réseaux sociaux, les grandes figures de la propagande du Kremlin minimisent à l’unisson ce repli. Elles le présentent comme une « manœuvre tactique », une décision « difficile mais nécessaire », certains font le parallèle avec les replis de l’armée russe pendant les guerres napoléoniennes. Bref, pas de panique, encore moins de critique.

Des figures ultranationalistes à l’unisson du discours poutinien

(...)

Lire la suite sur RFI

VIDÉO - "Poutine ? Quel compromis trouver ? Il n’y a pas de raison de lui parler, il est fou, malade"