Les Occidentaux critiquent les référendums annoncés dans le Donbass

Les autorités installées par Moscou dans quatre régions d'Ukraine ont annoncé mardi la tenue dans l'urgence du 23 au 27 septembre de « référendums » d'annexion par la Russie, en pleine contre-offensive ukrainienne. Une annonce qui a provoqué une vive inquiétude au sein de la communauté internationale.

Une « nouvelle escalade dans la guerre », des « simulacres de référendums » ou « référendums fictifs »... Les réactions internationales se multiplient depuis l’annonce par les pouvoirs séparatistes des régions de Lougansk, Donetsk, Kherson et Zaporijia, de l'organisation de « référendums » d'annexion dès cette semaine.

Le président français Emmanuel Macron a fustigé devant l'Assemblée générale des Nations unies « un retour à l'âge des impérialismes et des colonies », peu après avoir qualifié les scrutins annoncés de « parodie ». C’est pour lui la « signature du cynisme » de Vladimir Poutine.

Il s’agit d’une provocation supplémentaire. C’est un principe même d’imitation de formes démocratiques mais ce n’est pas parce qu’on imite ces formes, qu’en substance, on retrouve la souveraineté des peuples.

Ces votes, sur le modèle de celui qui a formalisé l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie en 2014, dénoncée par Kiev et les Occidentaux, font l'objet de préparatifs depuis plusieurs mois. Ces annonces interviennent après les revers russes de début septembre.


Lire la suite sur RFI