Ukraine: dans le nord-est de Kharkiv, la vie sous terre en abri atomique

·2 min de lecture

Saltivka, quartier meurtri du Donbass. Tous les jours, cette zone résidentielle située tout près de la ligne de front, dans le nord-est de Kharkiv, deuxième plus grande ville d'Ukraine, est visée par des roquettes. Des familles ont trouvé refuge dans un ancien abri atomique soviétique abandonné.

Avec nos envoyés spéciaux de retour du Donbass, Marie Normand et Julien Boileau

Beaucoup de familles sont parties devant l'aggravation de la situation, dans le quartier de Saltivka. Mais d'autres sont restées, et certaines d'entre elles vivent dans un ancien abri antiatomique de l'ère soviétique, depuis 50 jours.

Elles n'ont nulle part où aller. « Il ne reste que 45 personnes ici, il y en avait 250 au départ », confie Oleg.

« Ils n'ont nulle part où aller »

Matelas, meubles, réserves de nourriture, médicaments : l'ancien abri abandonné a été entièrement aménagé, ajoute Oleg. Le plus dur : réussir à évacuer les ordures pour éviter les rats.

Pas d'eau courante... Les toilettes et les douches sont à l'extérieur, donc exposées aux bombardements.

►Lire aussi : À Kramatorsk dans le Donbass, ces Ukrainiens qui ont décidé de rester

Au moins, à 12 mètres de profondeur, on n'entend pas les explosions. Comme ce jour où une roquette est tombée à seulement 20 mètres de la porte.

Si Oleg reste ici, c'est avant tout pour sa mère.

Ma mère ne veut absolument pas partir. D'autres restent parce qu'ils n'ont nulle part où aller, ou ne veulent pas se sentir comme des étrangers loin de chez eux

« Ça va, il y a des jouets ici »

Alla, 78 ans, avoue être très fatiguée. Parfois, elle ose sortir pour respirer un peu dehors.

Pas très longtemps, parce que dès que j'entends des explosions, je commence à trembler et je redescends vite dans l'abri

Dans une autre pièce, Victor, 11 ans, le teint livide, est assis seul sur son lit.

Ça va, il y a des jouets ici. Avant, il y avait beaucoup d'enfants. Mais après, ils sont tous partis avec leurs parents

Les parents de Victor avouent ne pas savoir où aller, même quand ils pourront sortir de cet abri. Leur appartement a été entièrement détruit par une frappe le mois dernier.

►À relire : Dans le Donbass, le village de Sviatohirsk extrêmement divisé sur la guerre

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles