Ukraine: neuf corps de civils retrouvés à Borodyanka, certains avec des "signes de torture"

·1 min de lecture
Des pompiers ukrainiens cherchent des corps dans les décombres de bâtiments détruits dans la ville de Borodianka, au nord-ouest de Kiev, le 8 avril 2022. - RONALDO SCHEMIDT / AFP
Des pompiers ukrainiens cherchent des corps dans les décombres de bâtiments détruits dans la ville de Borodianka, au nord-ouest de Kiev, le 8 avril 2022. - RONALDO SCHEMIDT / AFP

Les corps de neuf civils ont été retrouvés mercredi à Borodyanka, près de Kiev, certains présentant des "signes de torture", a annoncé la police de la capitale ukrainienne dans la nuit de mercredi à jeudi.

"Ces personnes ont été tuées par les occupants (russes) et certaines des victimes présentent des signes de torture", a accusé sur Facebook le chef de la police locale, Andriï Nebytov.

Borodyanka a été, selon Kiev, le théâtre de "massacres de civils" durant le mois de mars, lorsque les forces russes occupaient la ville.

"Dans une fosse, il y avait deux hommes de 35 ans, et à côté d'eux, une adolescente de 15 ans", a précisé Nebytov.

Avant d'ajouter: "Dans une autre, les forces de l'ordre ont découvert les corps de six personnes: quatre hommes et deux femmes" qui "ont pu être identifiées comme des habitants de la ville".

"Les militaires russes ont sciemment abattu des civils qui ne leur opposaient aucune résistance", a-t-il fustigé, précisant que les corps des victimes avaient été "emmenés dans des morgues de la région de Kiev pour être expertisés".

Des centaines de corps retrouvés

Des médecins légistes et des enquêteurs ont également inspecté les deux fosses, selon Andriï Nebytov.

876450610001_6303446731001 "La police de la région de Kiev continue d'enquêter" sur les crimes de civils imputés par l'Ukraine aux Russes, a-t-il par ailleurs indiqué.

Depuis le retrait des forces de Moscou il y a trois semaines de la région de Kiev, des centaines de corps de civils ont été retrouvés par les autorités ukrainiennes, qui dénoncent avec les Occidentaux des "crimes de guerre" des soldats russes qui occupaient la ville. Une accusation formellement rejetée par la Russie.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles