Ukraine: Moscou utilise au moins sept types de mines antipersonnel, selon l'Observatoire des mines

AP - Bernat Armangue

Il n'y a pas de guerre propre. Mais il y a des armes plus sales que d'autres. La Russie utilise au moins sept types de mines antipersonnel en Ukraine. C'est ce que dit le rapport 2022 de l'Observatoire des mines. La coalition d'ONG à l'initiative du rapport dénonce « un recul majeur pour le traité sur les mines antipersonnel », dont les États parties doivent se retrouver la semaine prochaine à Genève.

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

L'année n'est pas encore finie. Mais déjà, le nombre de civils tués ou blessés par des mines est cinq fois plus élevé en 2022 qu'en 2021 en Ukraine. Rien que dans les premières semaines de l'invasion russe, plus d'une centaine de démineurs ont été tués dans le pays.

Moscou dispose du plus important stock de mines antipersonnel au monde. Certaines ont même été utilisées pour la première fois en Ukraine. Un tiers du pays serait contaminé.

Mary Wareham est chercheuse pour l'Observatoire des mines.

Ce qu'on observe en Ukraine, c'est que les mines antipersonnel peuvent être placées à la main dans le sol, mais elles peuvent aussi être dispersées par les tirs d'artillerie et des véhicules spécialisés. Mais il n'y a pas que les mines antipersonnel. Les deux camps utilisent aussi des mines anti-véhicules. Et c'est très grave. Parce qu'on voit énormément de tracteurs et d'engins agricoles exploser, avec toutes les conséquences qu'on imagine sur la production agricole et la sécurité alimentaire.

La Russie n'a pas signé le traité d'Ottawa – comme l'Inde, la Chine et les États-Unis par ailleurs. À la différence que Washington n'utilise quasiment plus de mines antipersonnel depuis la première guerre du Golfe.


Lire la suite sur RFI