Ukraine: Moscou confirme avoir frappé Kiev en pleine visite du chef de l'ONU

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Un immeuble détruit à Kiev, le 29 avril 2022 - Genya SAVILOV / AFP
Un immeuble détruit à Kiev, le 29 avril 2022 - Genya SAVILOV / AFP

Moscou a confirmé vendredi avoir bombardé Kiev la veille, en pleine visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. "Les forces russes ont détruit, avec des armes de haute précision de longue portée, les ateliers de l'entreprise spatiale Artiom" dans la capitale ukrainienne, ainsi que, dans d'autres frappes, "trois centrales électriques situées près de noeuds ferroviaires", dans la région, a déclaré devant la presse le ministère russe de la Défense.

Ce premier bombardement de la capitale depuis la mi-avril a fait au moins un mort, Vira Ghyrytch, une journaliste ukrainienne de Radio Liberty, un média financé par les Etats-Unis, dont le corps a été retrouvé vendredi dans les décombres de son immeuble.

"Humilier l'ONU et tout ce que l'organisation représente"

Il s'est produit au moment où le chef des Nations unies, qui effectuait mercredi et jeudi son premier déplacement en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février, se trouvait à Kiev. Antonio Guterres est "choqué" mais "en sécurité", avait peu après souligné un porte-parole de l'ONU.

L'Allemagne et la France ont vivement condamné vendredi ces frappes. "Cela révèle une fois de plus aux yeux de la communauté internationale que (Vladimir) Poutine et son régime n'ont aucun respect pour le droit international", a réagi le gouvernement allemand. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a pour sa part assuré de sa "pleine solidarité" le peuple ukrainien ainsi que Antonio Guterres et le Premier ministre bulgare Kiril Petkov "qui se trouvaient à proximité" des frappes.

"Cela en dit long sur la véritable attitude de la Russie envers les institutions internationales, sur les efforts des dirigeants russes pour humilier l'ONU et tout ce que l'organisation représente", avait commenté la veille le chef de l'Etat ukrainien Volodymyr Zelensky. 876450610001_6305360556112

Depuis le 24 février, 3,033.000 personnes fuyant le conflit en Ukraine sont entrées en Pologne, ont déclaré vendredi les garde-frontières polonais. Parallèlement, 924.000 personnes ont traversé la frontière polono-ukrainienne en sens inverse. En tout, plus de 5,4 millions d'Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l'invasion russe, dont 57.000 ces dernières 24 heures, ont noté les Nations unies vendredi.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles