Ukraine: un missile russe est passé à basse altitude au-dessus d'une centrale nucléaire

L'opérateur d'énergie nucléaire ukrainien Energoatom a déclaré dimanche matin qu'un missile de croisière russe était passé "à un niveau critique" au-dessus d'une importante centrale nucléaire. Selon le président de l'agence atomique sur BFMTV, c'est déjà la quatrième fois qu'un tel incident se produit.

L'opérateur d'énergie nucléaire ukrainien Energoatom a rapporté dimanche matin qu'un missile de croisière russe était "à un niveau critique" au-dessus d'une importante centrale nucléaire.

"Il est probable que c'est le missile qui a été tiré en direction de Kiev", a déclaré l'opérateur de la centrale de Konstantinovka (ou Pivdennoukrainska), aussi appelée centrale nucléaire d'Ukraine du Sud, dans un message sur Telegram.

En effet, dimanche, plusieurs bombardements russes ont secoué Kiev à l'aube, les premiers depuis fin avril, selon des responsables ukrainiens.

"Terrorisme nucléaire"

Sur BFMTV ce lundi matin, le directeur d'Energoatom, Petro Kotin, a confirmé le passage d'un missile au-dessus du deuxième plus grand site nucléaire d'Ukraine, situé près de la région de Mykolaïv, à environ 350 kilomètres au sud de Kiev.

"Une fusée a survolé à 5h30 la centrale du sud de l'Ukraine, c'est déjà le quatrième cas", a-t-il assuré.

"Etant donné que ces fusées passent à une vitesse très faible, tout accident qui conduirait à ce qu'elle frappe un bloc nucléaire est très probable et donc c'est un acte de terrorisme nucléaire", a-t-il dénoncé.

Il évoque ainsi un acte "extrêmement dangereux", qu'il tente d'expliquer par une volonté de Moscou de faire peur.

"Cela peut être fait exprès pour faire peur ou bien c'est une façon de viser nos centrales et de les tester, ce qui peut être extrêmement dangereux", suggère Petro Kotin, qui rappelle que pour des raisons de sécurité, tout survol de fusée au-dessus d'une centrale nucléaire est interdit.

Le quatrième incident de ce type

Selon Kotin, c'est la quatrième fois qu'un tel incident se produit en Ukraine depuis le début de l'invasion russe. Déjà en avril, la député ukrainienne Lesia Vasylenko dénonçait dans un tweet la dangerosité de telles manœuvres.

"Des missiles volent régulièrement au-dessus de la centrale nucléaire de Pivdennoukrainska. La cible des missiles est Mykolaiv. Mais imaginez si cela ne se passe pas comme prévu".

Un incident qui n'est pas à prendre à la légère, mais qu'il convient de ne pas surinterpréter pour autant. Selon notre éditorialiste et spécialiste des relations internationales, Patrick Sauce, il existe plusieurs exemples de la gestion par les Russes des sites nucléaires.

Si à Tchernobyl, dans les premiers jours du conflit, ils ont fait preuve d'amateurisme, il rappelle qu'à Zaporijia, centrale toujours aux mains des hommes de Poutine, les choses se passent mieux. Il en veut notamment pour preuve l'attaque de cette centrale qui n'a visé qu'un bâtiment administratif, laissant les réacteurs intacts.

"Peu importe que ce missile frôle la centrale ou non. Cela n'a pas vraiment d'importance pour les Russes dont l'objectif était surtout de viser Kiev", rappelle Patrick Sauce.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Ukraine: les journalistes de BFMTV reviennent sur les coulisses de leur reportage à Tchernobyl

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles