Ukraine - Marioupol, la ville où Poutine s'est acharné

Sergei Bobylev/TASS/Sipa USA/SIPA

Kiev n’a pas cédé. Désormais, les forces russes s’acharnent sur le Donbass et le grand port de la mer d’Azov.

Mykola Diachenko a cru mourir. Maire d’une commune regroupant treize villages, à une centaine de kilomètres à l’est de Kiev, dans l’oblast de Tchernihiv, il est un rescapé de cette guerre menée par les Russes. Visage marqué par l’épreuve, cet homme de 64 ans a été, comme une dizaine d’autres, retenu prisonnier pendant vingt-six jours. Le 5 mars, à peine cinq jours après leur arrivée, les soldats ennemis, armés de kalachnikovs, ont débarqué dans sa maison de Novaya Basan, son village. Ils l’ont emmené avec son adjoint, l’empêchant d’emporter la Ventoline nécessaire pour ses crises d’asthme. « Tu n’en auras pas besoin », a décrété l’un d’eux.

Lire aussi:Crimes de guerre en Ukraine : la chasse aux bourreaux est ouverte

« Ils nous ont conduits à la poste, se souvient l’édile. Et ils nous ont alignés contre un mur, les yeux bandés, les mains attachées dans le dos. » Un gradé russe l’interroge à plusieurs reprises, son téléphone est fouillé. Ton brutal, questions précises. Au-dessus de la tête de Mykola Diachenko, les balles claquent sur le mur. « Il voulait des informations sur les forces de défense territoriale ukrainiennes locales et les dépôts de munitions, raconte-t-il. J’avais tout effacé dans mon portable et brûlé le carnet de notes où étaient recensés les véhicules et les unités. Je n’ai rien dit. »

Lire aussi:Des images satellites montrent une fosse commune géante près de Marioupol

On les emmène ailleurs, en bus ; ils changeront ainsi cinq fois de lieu de détention. « Lors d’un trajet, j’ai aperçu des bidons d’essence. J’ai alors pensé qu’ils allaient nous tuer et brûler nos corps dans la forêt. Nous avons tenté de nous échapper, mais ils nous ont rattrapés. » Leurs bourreaux leur promettent une mort(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles