Ukraine : Marine Le Pen juge l'invasion russe «inadmissible»

·1 min de lecture
© Ludovic MARIN / POOL / AFP

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont écharpés mercredi sur le sujet européen, le président sortant accusant son adversaire de "mentir sur la marchandise", la candidate de l'extrême droite considérant n'avoir "jamais vu les dirigeants français défendre les intérêts des Français" dans l'UE.

"L'Europe, ce n'est pas tout ou rien, ce n'est pas +on prend tout et on ne dit rien ou alors on ne prend rien+", a entamé Mme Le Pen, en disant "souhaiter rester dans l'Union européenne", mais "profondément la modifier pour faire émerger une alliance européenne des nations".

Vif échange sur la question du Mercosur

"Il y a toute une série de politiques de l'Union européenne avec lesquelles je suis en désaccord", a poursuivi celle qui concourt pour la troisième fois à l'élection présidentielle, en citant "la multiplication des accords de libre-échange où l'on vend des voitures allemandes, en sacrifiant des éleveurs à la concurrence des poulets du Brésil ou du bœuf du Canada", en référence au projet d'accord de libre-échange avec le marché américain.

"Quel poulet du Brésil ?", a demandé M. Macron, rappelant qu'il s'était "opposé" à l'accord de l'UE avec le Mercosur car "quand, nous, on demande à nos agriculteurs des choses, on demande la même chose en face".

La question russe au cœur des débats

"Ce que vous décrivez, ça ressemble à une bande à part", lui a rétorqué M. Macron, en l'accusant de "mentir sur la marchandise". "L'Europe est une copropriété, on ne peut pas décider seul de ripoliner...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles