Ukraine: malgré tout, la centrale nucléaire de Zaporijié tourne

Le président ukrainien a réitéré son inquiétude au sujet de la centrale de Zaporijié, évoquant « une grande menace », lors d'une conférence de presse dans la nuit de vendredi à samedi. Juste avant sa prise de contrôle par l’armée russe début mars, deux bâtiments ont été abîmés par un bombardement russe, dit l’Ukraine, ou par un sabotage ukrainien, selon l’armée russe. La centrale nucléaire fait en tout cas depuis l'objet de nombreuses préoccupations.

Avec notre envoyée spéciale à Energodar,

Pelouse au vert printanier et des chants d’oiseaux se font entendre quand soudain, une série de poteaux et de fils à haute tension laisse place à la silhouette massive de la plus grande centrale nucléaire d’Europe. À l’entrée, un bâtiment aux vitres brisées et aux murs noircis par le feu.

Même si un plexiglas a été posé sur une partie de la façade, les dégâts causés début mars sont encore visibles. Le centre de formation et le laboratoire ont bien été abîmés. Il est impossible de visiter l’intérieur ou de rencontrer un personnel « sous pression », nous dit-on, mais de l’extérieur, sous haute surveillance de l’armée russe, la totalité du site industriel ses bâtiments, ses cuves, ses réacteurs et même sa plaque avec ces quelques mots « inaugurée en 1985 » sont intacts.

Taux de radiation normaux

De son côté, « promis », dit le tout nouveau maire pro-russe de la ville, le fonctionnement de la centrale est préservé. « Les représentants de la société nucléaire russe Rosatom sont venus. Ils surveillent la sécurité de la centrale nucléaire, Ils travaillent et ils comprennent parfaitement la situation. Plus important encore, l'atmosphère psychologique et sociale des travailleurs de la centrale nucléaire est bonne », selon Andrey Shevchik.

L’AIEA (Agence internationale pour l’énergie atomique) insiste pour avoir un accès au site. De son côté, le maire souligne qu’aucun problème concret n’a été noté. Les taux de radiation relevés ces derniers jours sont considérés comme normaux. Jusqu’ici, la centrale produisait 20% de l’énergie de l’Ukraine et la moitié de son énergie nucléaire.

Pour ce reportage, Anissa El Jabri était accompagnée de l'armée russe.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles