Ukraine: Lyman, une ville que l'occupation russe a davantage fracturée

AP - Andriy Andriyenko

La ville de Lyman, lourdement bombardée dans les premiers mois de la guerre, a récemment été libérée. Après quatre mois d'occupation russe, elle semble encore divisée. Dans le Donbass, les tensions entre pro-russes et pro-ukrainiens sont présentes depuis bien avant qu'éclate le conflit en 2014. Une plaie qui s'est ouverte à nouveau depuis le début de l'année.

Avec notre envoyée spéciale, Clea Broadhurst

Sous la grisaille hivernale, Lyman apparaît comme une ville fantôme. Des maisons ont été éventrées par les bombardements. Même l'église n'a pas été épargnée. « Ça, c'est le visage de la guerre », confie le prêtre.

À cause de nos péchés, Dieu a permis que tout ça se produise. Je ne veux pas politiser mon église. Dans tous les cas, on en revient à la politique.

L'homme d'Église refuse d'évoquer les tensions qui pèsent toujours sur sa ville. Vladimir, lui, s'approche à tâtons avec une chapka sur la tête et une bouteille d'eau vide à remplir au puits de l'église.

La Russie n'a pas envahi l'Ukraine, elle s'est défendue car l'Ukraine allait l'attaquer. La Russie a juste attaqué pour défendre le Donbass. Mais cette région ne sera plus jamais en Ukraine dans tous les cas.

►À relire : Donbass : le long de la ligne de front de Lyman


Lire la suite sur RFI