Ukraine: Lucas Barioulet immortalise le quotidien de la guerre

Lucas Barioulet, 26 ans, est photojournaliste indépendant. Comme beaucoup d’autres médias, Le Monde l’envoie en Ukraine dès le mois de mars, jusqu’en mai. À l’occasion du festival Visa pour l’Image à Perpignan, il présente une exposition qui met en lumière le nouveau quotidien d’un peuple meurtri.

De notre envoyée spéciale à Perpignan,

« Cette exposition ne montre pas tant les lignes de front, ni les soldats se faisant face dans les tranchées. Il s’agit vraiment de la répercussion de cette guerre sur tous les Ukrainiens, sur tout le territoire. » Quand Le Monde lui a proposé de partir en Ukraine, Lucas Barioulet a très vite pris des contacts et réfléchi à des idées de sujets. « Je voulais montrer un autre pendant de la guerre, et ses conséquences sur l’économie, l'agriculture, et la culture. On voit par exemple un conservateur dans son musée vide, parce que toutes les œuvres ont été descendues au sous-sol pour les protéger contre les bombardements. Donc, c'est aussi pour protéger cette culture ukrainienne que la guerre menace de détruire. Ces prêtres qui se sont reconvertis dans l'accueil de réfugiés et qui utilisent des chapelles de monastères pour faire dormir les réfugiés. C’est cette société qui subit la guerre de plein fouet. Il y a ceux qui peuvent fuir et ceux qui n'ont d'autre choix que de rester, pour différentes raisons. »

Je voulais montrer un autre pendant de la guerre, et ses conséquences sur l’économie, l'agriculture, et la culture.

Établir un lien de confiance


Lire la suite sur RFI