Ukraine : le Liechtenstein force le Conseil de sécurité de l'ONU à justifier chaque veto

C'est une petite révolution pour l'ONU. L'Assemblée générale des Nations unies a adopté hier une résolution qui obligera désormais les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, soit les États-Unis , la Chine , la Russie , la France et le Royaume-Uni , à venir justifier l’utilisation de leur veto devant la représentation internationale. Une initiative qui trouve un écho particulier alors que la guerre fait rage en Ukraine , et que la Russie bloque les résolutions du Conseil de sécurité. Autre symbole : ce projet a été porté par le Liechtenstein.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Pour l’ambassadeur de ce petit État de 40.000 habitants, le constat est simple, le Conseil de sécurité ne fonctionne plus : "Ce dernier éprouve de plus en plus de difficultés à mener à bien sa mission. La hausse de l'utilisation du droit de veto en est l'expression la plus évidente", précise-t-il au micro d'Europe 1. La Russie n’est pas la cible, assure-t-on du côté de l’ONU. Mais depuis 1945, Moscou a opposé son veto à 143 reprises au Conseil de sécurité. C’est quasiment deux fois plus que les États-Unis.

"Le veto n’est pas un privilège"

Depuis l'invasion de l'Ukraine  par l'armée de Vladimir Poutine, les Nations unies sont paralysées par le veto russe. Désormais, toute utilisation de ce droit devra être suivie d’une justification devant les 193 États membres.

Une évolution défendue par l’ambassadrice française, Nathalie Broadhurst. &quo...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles