Ukraine, Libye et Douvres : les informations de la nuit

STRINGER / REUTERS

Accords distincts sur les exportations de blé ukrainien. Les signatures ont eu lieu à Istanbul en présence de Recep Tayyip Erdogan et du secrétaire général aux Nations unies Antonio Guterres. L’Ukraine et la Russie n’ont pas signé de texte commun. Depuis le début de la guerre, l’armée russe bloque les ports ukrainiens de la mer Noire d’où partent 95 % du blé local. “Résultat, 25 millions de tonnes de grains de blé ukrainien sont coincées dans des silos à travers le pays, perturbant les chaînes d’alimentation dans le monde déjà affaiblies par la pandémie et la famine qui s’aggrave en Afrique”, souligne le Kyiv Independent. A la demande des Ukrainiens, les accords ne prévoient pas d’allègement des sanctions à l’encontre de Moscou. Le quotidien pointe également des “difficultés logistiques”, comme les mines potentielles déposées par les deux camps dans les eaux de la mer Noire. Interrogé par le Independent, le chef d’un groupe d’études de l’institut d’études stratégiques de la mer Noire, prévient par ailleurs qu’il est trop tôt pour savoir si les accords permettront de transporter l’intégralité des grains stockés. “La Russie pourrait se livrer à des provocations, à des tentatives de discréditer les efforts ukrainiens et internationaux. Mais nous faisons confiance à l’ONU. Maintenant c’est leur responsabilité de garantir le respect de l’accord”, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

13 morts dans des affrontements à Tripoli. Les combats, qui ont également fait 27 blessés, ont notamment eu lieu dans une zone de la capitale où sont implantées des agences internationales et des missions diplomatiques. “Il s’agit de la dernière escalade à menacer la paix relative après une décennie de guerre civile”, note Al Jazeera, rappelant que les deux camps en lutte pour le pouvoir sont entrés dans une impasse politique. “La cause des combats reste floue”, indique la chaîne.

“Chaos” au port de Douvres. Des files de voitures s’étalant sur plusieurs kilomètres attendaient les touristes anglais en partance pour le continent. La pagaille pourrait se prolonger tout le week-end et jusqu’au début de la semaine alors que débutent les vacances scolaires d’été de l’autre côté de la Manche. “Le week-end de vacances le plus agité de l’année”, précise The Independent, soulignant que des millions de Britanniques sont sur les routes. Nombre d’entre eux ont été prévenus qu’il leur faudrait au moins cinq heures pour franchir le poste-frontière. En cause, selon le patron du port de Douvres, les autorités françaises qui n’ont pas prévu suffisamment d’effectifs pour l’arrivée massive de touristes. Natalie Elphicke, une élue locale, affirme même que des douaniers français ne se sont pas présentés au travail vendredi matin. Liz Truss, ministre des affaires étrangères et favorite à la succession de Boris Johnson, a qualifié ces files d’attente “inacceptables” et évoqué une situation “entièrement évitable”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles