Ukraine: pour l'ancien président Petro Porochenko, "l'objectif de Poutine est de nous exterminer"

·2 min de lecture
L'ancien président ukrainien Petro Porochenko le 19 avril 2022 sur BFMTV.  - Capture d'écran BFMTV
L'ancien président ukrainien Petro Porochenko le 19 avril 2022 sur BFMTV. - Capture d'écran BFMTV

876450610001_6304409223001

À la tête de l'Ukraine de 2014 à 2019, l'ancien président Petro Porochenko s'est inscrit dans les pas de son successeur et opposant Volodymyr Zelensky, en qualifiant sur BFMTV ce mardi de "génocide" les exactions commises par l'armée russe en Ukraine depuis le début de l'invasion du pays.

"L'objectif est de raser l'Ukraine"

"Il n'y a pas d'autres termes. C'est bien le mot. Les barbares russes tirent sur les bus par lesquels s'évacuent les mamans et les enfants, les bus où il est inscrit 'enfants'. On ne peut choisir d'autres termes pour décrire ce qu'il s'est passé à la gare de Kramatorsk", a-t-il déclaré.

"Tous ces civils ont été tués car ils étaient Ukrainiens. C'est ça, la qualification d'un génocide", a-t-il poursuivi.

La violence des attaques russes, qui ont repris en intensité ce lundi avec le début de bataille du Donbass, nouvel objectif militaire russe, font d'ailleurs dire à Petro Porochenko que la volonté du Kremlin est la destruction totale de l'Ukraine.

"L'objectif de Poutine et de l'occupant russe est de nous exterminer, alors que nous souhaitons vivre. L'objectif de Poutine est de raser l'Ukraine de la carte géopolitique du monde, alors que nous souhaitons défendre l'indépendance de notre pays, notre beau pays", a-t-il témoigné sur BFMTV depuis les hauteurs de la capitale, Kiev.

Un appel à l'intensification des sanctions

Depuis le début de l'offensive russe sur l'Ukraine le 24 février dernier, les Européens, ainsi que les États-Unis ou le Japon ont adopté de nombreuses sanctions économiques contre Moscou. Ainsi, certaines banques russes ont été débranchées du système de transaction financière SWIFT, et de nombreux oligarques réputés proches de Vladimir Poutine ont vu leurs avoirs gelés sur le sol européen.

Petro Porochenko a ainsi tenu à remercier l'action d'Emmanuel Macron, qui continue d'échanger régulièrement avec Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky, mais également le "leadership américain".

Néanmoins, pour l'ancien chef d'État, une nouvelle vague de sanctions est désormais nécessaire afin "d'arrêter la machine de guerre" russe.

"Nous attendons un nouveau niveau de sanctions, c'est-à-dire l'embargo total sur le gaz et le pétrole", a déclaré l'ancien chef d'État.

"Vous imaginez, pendant ces 55 jours (depuis le début de l'offensive russe, ndlr), la Russie a reçu 40 milliards de dollars de paiement pour le gaz et le pétrole. Nous attendons la mise à sec de tout le système bancaire russe. L'isolation totale de toute l'économie russe", a estimé Petro Porochenko. Pour l'ancien président, c'est là l'unique moyen "d'arrêter la machine de guerre".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles