En Ukraine, l’annexion des territoires par la Russie sera entérinée vendredi

Le président russe Vladimir Poutine a prévu une cérémonie ce 30 septembre pour finaliser l’annexion des territoires ukrainiens.
KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP Le président russe Vladimir Poutine a prévu une cérémonie ce 30 septembre pour finaliser l’annexion des territoires ukrainiens.

KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP

Le président russe Vladimir Poutine a prévu une cérémonie ce 30 septembre pour finaliser l’annexion des territoires ukrainiens.

RUSSIE - Un discours officiel, un concert et des festivités. Vladimir Poutine va formaliser ce vendredi 30 septembre à Moscou l’annexion par la Russie de territoires qu’elle contrôle en Ukraine lors d’une cérémonie au Kremlin.

Cet évènement signera l’entrée des régions ukrainiennes de Donetsk et Lougansk (est) et Kherson et Zaporijjia (sud) dans la Fédération de Russie. La cérémonie se tiendra à 15 heures (14 heures à Paris) au Kremlin. « Vladimir Poutine prononcera un discours volumineux », a précisé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

Une cérémonie en grande pompe comme en 2014

La capitale russe se prépare déjà à des festivités pour marquer l’annexion de ces quatre régions ukrainiennes. La circulation automobile sera ainsi interdite dans une grande partie du centre-ville vendredi alors qu’un concert sera organisé. Vladimir Poutine pourrait y faire une apparition, selon les médias russes. Quant aux invités, les responsables installés par Moscou dans les quatre régions annexées sont déjà arrivés à Moscou.

La Russie semble suivre le scénario de l’annexion en 2014 de la Crimée, une péninsule du sud de l’Ukraine. Le chef du Kremlin avait alors aussi prononcé un discours en grande pompe sous les ors du Kremlin.

Une annexion non reconnue par l’Occident

Cette annonce intervient après l’organisation de « référendums » d’annexion. Des scrutins qualifiés de « simulacres » par Kiev et les Occidentaux qui se disent prêts à des sanctions si les annexions ont bel et bien lieu. Même la Chine, partenaire le plus proche de Moscou, s’est montrée critique envers une violation de l’intégrité territoriale d’un État souverain.

Moscou s’est dit prête à « tous les moyens » pour « défendre » les territoires sous son contrôle, et n’exclut pas l’utilisation de l’arme nucléaire. Cette réaction fait suite à la contre-offensive ukrainienne depuis bientôt un mois obligeant Poutine à mobiliser à la hâte des centaines de milliers de civils réservistes et à accélérer le processus d’annexion.

Après avoir reconquis l’essentiel du Nord-Est, l’Ukraine semble lancée dans la reprise de Lyman, une ville de la région de Donetsk et important nœud ferroviaire sous contrôle russe depuis mai. Les forces ukrainiennes restent silencieuses sur ces opérations, mais les autorités fidèles à Moscou dans la région ont reconnu des combats difficiles.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi