Ukraine: Kiev dénonce les "déplacements forcés" d'habitants des régions "occupées" de Kherson et Zaporijjia

Des soldats russes - Image d'illustration  - Yasuyoshi CHIBA / AFP
Des soldats russes - Image d'illustration - Yasuyoshi CHIBA / AFP

L'Ukraine "condamne fermement" les "déplacements" d'habitants des régions de Zaporijjia et surtout de Kherson où la Russie procède à des "déplacements de masse forcés", a affirmé jeudi le ministère ukrainien des Affaires étrangères.

"L'administration d'occupation russe a commencé des déplacements de masse forcés d'habitants" de la région de Kherson, plus particulièrement de Skadovsk et Kakhovka, vers la Crimée ou vers la Russie, a affirmé le ministère, dans un communiqué.

"Des déplacements similaires sont aussi menés par la Russie dans les régions de Zaporijjia, Lougansk et Donetsk, ainsi qu'en Crimée", ajoute le ministère.

Vers une "catastrophe humaine et humanitaire à grande échelle"?

Ces déplacements sont accompagnés "de pillages par les occupants russes d'établissements industriels, culturels, éducatifs et médicaux, ainsi que de maisons et d'appartements privés", affirme le ministère ukrainien.

Il affirme que "des informations alarmantes circulent également sur les troupes russes qui minent la centrale hydroélectrique de Kakhovskaya, dont l'explosion pourrait provoquer une catastrophe humaine et humanitaire à grande échelle".

Ces "déplacements forcés" violent "gravement le droit international", dénonce le ministère, citant l'article 49 de la Convention de Genève de 1949.

Il appelle la communauté internationale à condamner la Russie, a décidé de nouvelles sanctions et à accroître l'aide militaire pour aider l'Ukraine à reprendre "les territoires occupés" par la Russie.

Article original publié sur BFMTV.com