Ukraine: Kiev annonce que la connexion est rétablie entre la centrale nucléaire de Zaporijia et l'AIEA

Un soldat russe monte la garde devant le deuxième réacteur de la centrale de Zaporijia, le 1er mai 2022 - Andrey BORODULIN - AFP
Un soldat russe monte la garde devant le deuxième réacteur de la centrale de Zaporijia, le 1er mai 2022 - Andrey BORODULIN - AFP

La connexion entre la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia, dans le sud du pays, sous contrôle des Russes depuis début mars, et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), est rétablie près d'un mois et demi après la perte des transmissions, a annoncé l'opérateur ukrainien, Energoatom.

La connexion avait été perdue le 30 mai, "lorsque les Russes ont coupé l'opérateur de téléphonie mobile ukrainien Vodafone à Energodar", site de la centrale, "avec lequel l'AIEA a un contrat de transmission de données", a affirmé Energoatom dans un communiqué.

"Grâce aux efforts conjoints d'Energoatom et Vodafone, le vendredi 10 juin, la connexion entre les serveurs de surveillance des matières nucléaires du site et l'AIEA a été rétablie", a ajouté Energoatom dans ce communiqué publié samedi soir sur Telegram.

Depuis fin mai toutefois, "toutes les données pour cette période avaient été stockées sur des serveurs sécurisés et transférées à l'AIEA immédiatement après le rétablissement de la connexion (vendredi)", précise le communiqué.

L'Ukraine opposée à une visite de la centrale

L'AIEA avait indiqué cette semaine "travailler activement" pour organiser une visite à la centrale de Zaporijjia, à laquelle l'Ukraine s'oppose tant que le site est occupé par les Russes. L'Ukraine estime qu'une telle visite "légitimerait aux yeux de la communauté internationale l'occupation" du site par les forces russes, selon Energoatom.

"La situation est intenable", avait plaidé le chef de l'AIEA Rafael Grossi. Avant d'ajouter: "c'est pour cela que des experts de l'AIEA doivent se rendre" sur place.

Les soldats russes ont pris le contrôle début mars de cette centrale située dans la ville d'Energodar, dans le sud de l'Ukraine, séparée par les eaux du Dniepr de la capitale régionale Zaporijia, toujours elle sous contrôle ukrainien.

Les affrontements qui s'y sont déroulés dans les premiers jours du conflit ont laissé craindre une possible catastrophe nucléaire dans le pays où a explosé un réacteur en 1986 à Tchernobyl.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles