Ukraine: Kharkiv, en première ligne de l'offensive russe, accueille les réfugiés des villages alentour

Face à l’avancée des troupes russes et surtout à l’intensité des bombardements dans la région depuis que les Russes y ont ouvert un nouveau front le 10 mai, de nombreux Ukrainiens des zones frontalières ont dû fuir leurs foyers pour se réfugier à Kharkiv. La deuxième ville ukrainienne a ouvert plusieurs centres pour venir en aide aux déplacés.

Avec nos envoyés spéciaux à Kharkiv, Nathanaël Vittrant et Bertrand Haeckler avec Andrii Kolesnyk

C’est dans un centre d’accueil en banlieue de Kharkiv que des habitants des villages alentour ont trouvé refuge. Certains ont dû évacuer, d’autres se préparent à une possible avancée des troupes russes. Une famille est en train de rassembler des affaires dans une voiture avant de rentrer chez elle. Une dame indique qu’ « un obus est tombé au milieu de l'entrée » dans son appartement. Émue, elle explique qu’ « il n’y a plus de toit ». « Tout s’est effondré. Nous n’avons même plus de vêtements. »

Oleg est mécanicien. Il a 27 ans et vient d’un village non loin de la frontière russe. « Il y a des bombardements en permanence, des tirs d’artillerie, des missiles S300, des drones… Tout ce qui peut voler nous tombe dessus. Tout avait déjà été détruit lors de la première vague, mais cela recommence. Voir tout cela est très dur moralement. » Oleg assure qu’il rentrera chez lui dès que possible. « Rien ne me fera partir définitivement », assure-t-il.

En ce moment, une cinquantaine de personnes vient chaque jour dans ce centre. Il y a une semaine, il accueillait dix fois plus de réfugiés.

Une attaque meurtrière sur un magasin à Kharkiv


Lire la suite sur RFI