En Ukraine, guerre des espions entre Kiev et Moscou

Ce mardi 7 juillet, les autorités ukrainiennes ont annoncé avoir arrêté un agent russe haut placé, qui a joué un rôle crucial dans la mise en place des services secrets de la république séparatiste de Donetsk en 2014.

De notre correspondant à Kiev,

Les services secrets ukrainiens, le SBU, ont annoncé détenir un agent dormant du GRU, autrement dit le renseignement militaire russe. L'homme est accusé « d'entretenir un réseau de sabotage et de terrorisme en Ukraine ».

D'après les enquêteurs du collectif indépendant Bellingcat, qui ont étudié de nombreuses écoutes téléphoniques, Andriy K, 36 ans, est un escroc, un repris de justice ukrainien, libéré en 2014. De manière inexpliquée, il est devenu en quelques semaines un agent de liaison entre les hauts responsables du Kremlin et les leaders séparatistes de Donetsk.

Avec cinq passeports ukrainiens et un passeport russe, l'homme se baladait partout, dans le Donbass, à Moscou, à Kiev, mais aussi dans de nombreux pays européens. Il sera même impliqué en 2018 à Vienne, en Autriche, dans le vol d'un tableau de Renoir.

En relation avec le conseiller de Poutine sur l'Ukraine

Kiev a-t-il mis la main sur un gros poisson russe ? C'est une belle prise, mais au-delà du personnage, il est intéressant de voir comment un criminel de bas étage est devenu un interlocuteur des plus hautes sphères russes, pour le contrôle de ce qui se passe à l'est de l'Ukraine.

Le fameux Andriy K est en relation très étroite avec des colonels-généraux du FSB et du GRU, les deux agences de renseignement russes. Il est qualifié d'arrangeur auprès des dirigeants séparatistes locaux. Et cela va même assez loin, puisqu'il apparaît en relation avec Vladislav Sourkov, qui n'est autre que le conseiller personnel de Vladimir Poutine sur les questions ukrainiennes.

Témoin clé dans l'affaire du MH17

Y a-t-il un lien entre cette affaire et l'enquête sur la catastrophe du vol MH17 ? Oui, mais de manière indirecte, car l'agent Andriy K a pris son ascension bien après la catastrophe, qui s'est déroulée en juillet 2014 dans le ciel du Donbass.

Cependant, l'enquête démontre qu'en 2014 et 2015, il était en relation très étroite avec deux hauts gradés russes, qui sont sur la liste des suspects de l'enquête sur le vol du MH17. Il apparaît donc comme un témoin clé dans l'identification de la chaîne de commandement militaire qui a conduit au crash, alors que le procès du MH17 a repris en juin aux Pays-Bas.

Seulement, à chaque fois que l'Ukraine a détenu un témoin du MH17, Moscou a systématiquement demandé de l'intégrer dans les échanges de prisonniers entre les deux pays. À Kiev, beaucoup craignent ainsi que ce témoin majeur soit libéré
et reprenne le chemin de la Russie.

À lire aussi : Procès du MH17: pour l'accusation, la Russie a cherché à entraver l'enquête

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.