Ukraine : frappes russes, coupures de courant et bases aériennes russes visées

Scènes de désolation dans le village de Novosofiivka situé dans la région de Zaporijjia. Une nouvelle salve de missiles russes s’est abattue sur l’Ukraine ce lundi. Si Volodymyr Zelensky affirme que la plupart ont été abattus, les frappes auraient fait au moins 4 morts.

"Chaque missile russe abattu est une preuve concrète que la terreur peut être vaincue, a déclaré le président ukrainien. Mais, malheureusement, nous ne pouvons toujours pas assurer la sécurité totale de notre ciel. Il y a eu plusieurs impacts. Et malheureusement, il y a des victimes. Quatre personnes ont été tuées dans des frappes russes aujourd'hui. Je présente mes condoléances à leur famille et à leurs amis".

En visite à Kyiv, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Volker Türk, a écrit sur Twitter, photo à l'appui, avoir dû rejoindre un abri anti-bombe et y poursuivre une réunion.

Les frappes russes visant les infrastructures énergétiques ont de nouveau plongé l’Ukraine dans le noir. Andriy, habitant de Lviv, dans l’ouest du pays, témoigne.

"On ne peut pas s'habituer à une telle situation mais ce que l’on peut faire, c’est s'adapter, dit-il. L'être humain peut s'adapter à tout. Nous avons des lampes de poche et des réserves de nourriture, tout ce dont vous avez besoin pour surmonter cette situation."

Moscou accuse de son côté Kyiv d’avoir frappé deux de ses bases aériennes près de Riazan et Saratov. Les explosions auraient fait au moins 3 morts.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a fait le point sur la situation :"Malgré les tentatives du régime de Kyiv de perturber le fonctionnement de l'aviation russe de longue portée par un acte terroriste, aujourd'hui vers 15 heures, heure de Moscou, nous avons utilisé des armes aériennes et maritimes de haute précision pour frapper le système de contrôle militaire, les cibles de défense, de communication, et des installations énergétiques et militaires de l'Ukraine."

La Russie continue par ailleurs de bombarder sans relâche la ville de Kherson, reprise par l’armée ukrainienne il y trois semaines. En conséquence, de nombreuses famille ont décidé de quitter la ville.